Le point sur la production automobile en Allemagne

L’Allemagne devrait produire un total de 5,5 millions de voitures particulières sur l’ensemble de l’année 2015, soit un niveau similaire à celui de 2007, et ce bien que l’Allemagne soit le site de production le plus coûteux au monde. En effet, le coût horaire environne les 50 euros (charges sociales comprises).

Néanmoins, l’Allemagne en tant que site de production présente divers avantages.

Notamment, le coût élevé de la main d’?uvre est compensé par une grande flexibilité du travail. Ainsi, les usines tiennent compte des variations dans la demande et adapte ainsi leur rythme de production. En outre, les constructeurs peuvent faire largement appel à des salariés en intérim. A titre d’exemple, en 2012, 18 % des effectifs allemands de BMW étaient des intérimaires. Néanmoins, la proportion d’employés en intérim est l’un de chevaux de bataille du syndicat allemand IG Metall et le gouvernement allemand a annoncé une réforme du code du travail en vue de limiter l’emploi d’intérimaires.

En outre, l’industrie automobile allemande met l’accent sur l’automatisation de la production. En 2014, les acteurs du secteur automobile allemand ont ainsi acheté quelque 11 000 machines-outils (soit la moitié des robots acquis par l’ensemble du secteur industriel en Allemagne, tous secteurs confondus). Selon le VDMA (association allemande des fabricants de machines-outils), l’industrie automobile allemande compte environ 1 150 robots pour 10 000 salariés, soit le niveau d’automatisation le plus élevé d’Europe.

De plus, les usines des constructeurs allemands sont organisées de telle sorte que plusieurs véhicules peuvent être assemblés sur la même ligne de production. Ainsi, lorsqu’un modèle est en fin de cycle, un autre peut prendre sa place, évitant ainsi l’inexploitation d’une partie des capacités.

Enfin, les groupes allemands assemblent un total de 15 millions de voitures particulières par an dans le monde, dont les deux tiers à l’étranger. Pour valoriser leur production locale, les constructeurs allemands ont choisi d’assembler leurs modèles de haut de gamme et de luxe uniquement en Allemagne. Ainsi, bien que seul un tiers de leur production soit réalisée en Allemagne, les effectifs des constructeurs dans le pays ont augmenté de 9 % en 5 ans. En outre, pour des modèles tels que la Mercedes Classe S ou la BMW Série 7 (exclusivement fabriquées en Allemagne), les trois quarts des unités sont ensuite exportées.

Ainsi, la flexibilité du travail, l’automatisation de la production, l’organisation des lignes de production et l’exclusivité pour les modèles les plus luxueux (et dégageant donc les plus fortes marges) permettent de contrebalancer le coût élevé du travail, ce qui contribue à faire de l’Allemagne un site de production rentable pour les constructeurs.

Cindy Lavrut