Le point sur la mobilité durable en Chine 1/2

Le gouvernement chinois promouvait jusqu'à présent les véhicules à énergies alternatives pour 3 raisons : - aider les constructeurs locaux à concurrencer les groupes étrangers,- réduire la pollution atmosphérique et- réduire la dépendance du pays au pétrole importé.Désormais, la Chine mise également sur les véhicules verts pour réaliser un quatrième objectif, à savoir relancer la croissance économique du pays. En effet, sur les 9 premiers mois de l'année, la croissance chinoise a ralenti, pour n'atteindre que 6,9 %, contre une croissance de 7,4 % un an auparavant.Le Premier Ministre Li Keqiang veut donc se servir de l'industrie émergente des véhicules électriques et hybrides rechargeables pour redynamiser la croissance chinoise dans son ensemble. En lançant des véhicules verts abordables, les constructeurs chinois pourraient ainsi être plus compétitifs vis-à-vis de leurs homologues étrangers, et la production de véhicules à énergies alternatives pourrait devenir un nouveau moteur de la croissance en Chine. M. Li a donc annoncé la construction d'un réseau de bornes de recharges pour véhicules électrifiés. Le Premier Ministre a également souhaité qu’au moins 10 % des emplacements de stationnement et parkings publics soient dotés de bornes de recharge. M. Li estime que l’installation d’un réseau suffisamment dense de stations de recharge permettra de doper les ventes de véhicules électriques, mais aussi de soutenir la croissance économique, tout en préservant l’environnement.

Cindy Lavrut