Le point sur l'industrie automobile coréenne en 2012

Quelques chiffres-clés :

{La Corée du Sud a conservé la place de 5ème producteur mondial de véhicules en 2012, derrière la Chine, les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne.

L’industrie automobile était en 2011 la première industrie manufacturière sud-coréenne en termes d’emplois, de production et de valeur ajoutée.

Les exportations de l’industrie automobile sud-coréenne (véhicules et équipements) se sont élevées à 71,8 milliards de dollars en 2012, plaçant le secteur au rang de premier exportateur.}


Selon les chiffres publiés par la KAMA (association des constructeurs coréens d'automobiles), la production de véhicules de la Corée du Sud s’est élevée à 4,56 millions d’unités en 2012, en recul de 2 %. La production de voitures a diminué de 1,3 %, à 4,16 millions d’unités, en baisse de 1,3 % ; celle de camions a reculé de 5,8 %, à 273 000 unités, et celle d’autobus a chuté de 16,5 %, à 121 000 unités.

Les constructeurs coréens ont vendu l’an dernier 1,41 million de véhicules sur leur marché (- 4,3 %), dont 1,17 million de voitures (- 2,9 %), 170 420 camions (- 10,9 %) et 64 546 autobus (- 10,6 %). Leurs exportations ont atteint un niveau record, à 3,17 millions d’unités (+ 0,6 %).

Portées par les accords de libre-échange conclus avec l’Union européenne d’une part et les Etats-Unis d’autre part, les ventes de voitures importées en Corée du Sud ont pour leur part fait un bond de 24,6 % l'an passé, à 130 000 unités, d'après les chiffres publiés par la KAIDA (association des importateurs).

Selon le ministère coréen de l’Intérieur, des Infrastructures et des Transports, le parc automobile coréen comptait 18,87 millions de véhicules en 2012 (+ 2,3 %), dont 14,57 millions de voitures (+ 3,1 %), 3,24 millions de camions (+ 0,5 %) et 986 847 autobus (- 2,8 %). Le réseau routier de la Corée du Sud totalisait en outre 105 931 kilomètres en 2011.

D’après la Police coréenne, 27,25 millions de Coréens - soit 53,4 % de la population totale - détenaient le permis de conduire en 2011.

Frédérique Payneau