Le point sur l’assemblée générale de Renault

L'assemblée générale des actionnaires de Renault, organisée le 30 avril, a adopté une résolution visant à attribuer un droit de vote double à tout actionnaire à l’issue d’une période de deux ans de détention continue des titres. Le président du constructeur Carlos Ghosn, qui rejetait le dispositif des votes doubles, n'a pas fait de commentaire, se contentant de prendre acte du résultat.

Le gouvernement français, décidé à imposer une loi destinée à lutter contre la spéculation et à favoriser une stabilité de l'actionnariat, avait assuré ses arrières en faisant monter la part de l'Etat dans le capital de 15 % à 19,74 %. Depuis Rome où il était en déplacement, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a salué ce résultat.

La direction du groupe Renault avait réaffirmé sa position jeudi dernier peu avant l'ouverture de l'assemblée générale et concédé que le vote n'irait sans doute pas dans son sens. Toutefois, « cela ne change pas l'analyse de fond faite par la très large majorité du conseil d'administration », indiquait un communiqué.

L'assemblée générale a été aussi l'occasion d'approuver à une écrasante majorité (98,87 %) l'entrée au conseil d'administration de Cherie Blair, épouse de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair. Les actionnaires ont aussi donné un avis favorable à la rémunération de M. Ghosn, mais à une majorité relativement réduite de 58,33 % contre 41,57 %, le solde s'abstenant. (AFP, COMMUNIQUE DE PRESSE RENAULT 30/4/15)

Alexandra Frutos