Le ministre de l'Economie estime que ce n'est pas le « moment opportun » pour une libéralisation du marché de la pièce de carrosserie

Lors de l'examen au Sénat de son projet de loi sur la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron s'est opposé à la libéralisation du marché de la pièce de carrosserie, estimant que ce n'était pas le bon moment pour les constructeurs français. « Nos équipementiers de rang 1 se portent bien et se sont internationalisés, alors que nos constructeurs ont subi la crise de plein fouet », a-t-il souligné. (Autoactu.com)

Alexandra Frutos