Le marché russe a reculé de 10,3 % en 2014

Selon les données de l’AEB (Association des Affaires Européennes), les ventes de véhicules légers sur le marché russe ont augmenté de 2,4 % en décembre, à 270 653 unités. Sur l'ensemble de l'année 2014, les ventes ont reculé de 10,3 %, à 2 491 404 unités.

Les ventes de Renault, notamment, ont augmenté de 2 % en décembre, à 19 263 unités, mais reculent de 7,4 % sur l'année, à 194 531 unités. Celles de PSA Peugeot Citroën ont diminué de 15,7 % le mois dernier (à 4 459 unités), avec un repli de 22,7 % pour Peugeot (à 2 122 unités) et de 8,1 % pour Citroën (à 2 337 unités). Sur l'année, les ventes de PSA ont diminué de 34,5 %, à 41 177 unités (- 37,7 % pour Peugeot et - 30,7 % pour Citroën).

Lada est resté numéro un sur le marché russe en décembre, avec 35 315 immatriculations (- 9,3 %), suivi de Kia (20 200, + 26,1 %), de Nissan (20 131, + 14,8 %), de Renault (19 263, + 2 %), Toyota (17 536, + 19 %), de Hyundai (15 235, + 7,5 %), de Volkswagen (13 871, + 2,4 %), et de Chevrolet (13 488, - 28,1 %). Sur l'ensemble de 2014, Lada a vendu 387 307 véhicules (- 15,1 %), Kia 195 691 (- 1,2 %), Renault 194 531 (- 7,4 %), et Hyundai 179 631 (- 0,8 %).

Le marché automobile russe, en chute libre ces derniers mois en raison de la crise ukrainienne, a ainsi repris des couleurs en décembre. Les industriels parlent de "redressement extraordinaire". Deux phénomènes ont soutenu le marché, selon l’AEB : le programme de prime à la casse lancé en septembre par le gouvernement et l’effondrement du rouble, qui a poussé les acheteurs à anticiper leurs achats de crainte de hausses de prix massives à venir.

Après avoir atteint des niveaux record, le marché russe, deuxième en Europe après l’Allemagne, a commencé à se replier au printemps 2013 mais le mouvement a tourné à la déroute avec la crise ukrainienne et l’adoption de sanctions occidentales contre Moscou.

"La demande des particuliers s’est montrée extraordinaire ces dernières semaines, soutenue par les subventions du gouvernement et la ruée des consommateurs pour anticiper les hausses de prix de janvier", a commenté Joerg Schreiber, président du comité automobile de l’AEB. M. Schreiber a estimé que les perspectives pour 2015 étaient "mauvaises, avec un marché qui devrait s'établir à 1,89 million de véhicules légers, en recul de 24 %". (COMMUNIQUE AEB, AFP 15/1/15)

Juliette Rodrigues