Le marché automobile russe a reculé de 27,5 % en juillet

Les ventes d’automobiles ont de nouveau plongé en juillet en Russie, frappée par une grave crise économique, mais un peu moins violemment que les mois précédents, selon des chiffres publiés le 10 août par la fédération des constructeurs. Les concessionnaires ont écoulé le mois dernier 131 087 véhicules légers et utilitaires neufs, soit 27,5 % de moins qu'un an plus tôt, a précisé l'Association of European Businesses (AEB) dans un communiqué. La chute était de 29,7 % en juin et de 36 % sur l'ensemble du premier semestre.

Ce ralentissement de la chute du marché « ressemble presque à une bonne nouvelle », a concédé le président du comité automobile de l'AEB, Joerg Schreiber, cité dans le communiqué. « En réalité, ce que nous voyons relève surtout de l'effet de base : le marché était faible à la même période l'an dernier », ce qui relativise la comparaison, a-t-il ajouté. « L'évolution du marché automobile continue de décevoir, dans un contexte d'économie en difficulté et de baisse du pouvoir d'achat », a-t-il expliqué, ajoutant que les mesures prises par le gouvernement pour soutenir le marché (primes à la casse, subventions des crédits) devraient être « renforcées de manière significative » pour permettre un vrai redressement.

Le marché automobile russe était devenu en 2012 le deuxième en Europe après l'Allemagne et les constructeurs multinationaux, qui y ont investi des sommes considérables, estiment qu'il devrait prendre la première place à long terme. Mais les ventes de voitures ont été particulièrement frappées par la crise économique actuelle, qui se traduit par une flambée des prix et une baisse du pouvoir d'achat des ménages. Selon des chiffres compilés récemment par le journal Vedomosti, la Russie est ainsi passée au premier semestre à la cinquième place européenne, derrière le Royaume-Uni, la France et l'Italie.

L'AEB prévoit une chute du marché de 36 % sur l'année, à 1,55 million d'unités.

Le numéro un local, Lada, marque contrôlée par le groupe Renault-Nissan, a subi en juillet une chute de ses ventes de 25 %. Renault (- 35 %) et Nissan (- 43 %) ont été plus affectés.

Parmi les autres marques en tête du marché, Kia a vu ses ventes baisser de 13 %, Hyundai de 15 %, Toyota de 28 %, Chevrolet de 26 % et Volkswagen de 34 %. Plus loin dans le classement, Peugeot (- 60 %) et Citroën (- 68 %) sont fortement touchées par la crise actuelle.

Dans le segment du haut de gamme, les ventes de Mercedes-Benz ont reculé de 33 %, celles d'Audi de 23 %, mais celles de BMW sont restées stables et celles de Porsche ont augmenté de 19 %. (AFP 10/8/15)

Alexandra Frutos