Le marché automobile américain a atteint en 2013 son plus haut niveau depuis la récession

Les ventes de véhicules légers aux Etats-Unis ont augmenté de 7,6 % l'an dernier à 15,6 millions d'unités. Le marché américain a atteint son plus haut niveau depuis 2007, malgré des ventes décevantes en décembre, en hausse de 0,3 % seulement à 1,36 million d'unités, en partie en raison de conditions météorologiques défavorables.

Les trois constructeurs de Detroit ont gagné un demi-point de part de marché l'an passé, grâce notamment à la popularité des pick-ups qui ont représenté 12 % environ des ventes totales, contre 11 % en 2012. Les ventes de véhicules utilitaires légers ont augmenté de 11 % et celles de voitures de 4 %. Le pick-up Ford Série F a conservé son titre de véhicule le plus vendu en 2013, avec 743 402 unités écoulées (+ 18 %).

General Motors est resté le premier constructeur sur le marché américain l'an dernier, avec 2,79 millions véhicules vendus (+ 7,3 %) et une part de marché de 17,9 %. Ford a pour sa part vendu 2,49 millions de véhicules, enregistrant une progression de 10,8 % et son meilleur résultat depuis 2006. Chrysler a pour sa part terminé l'année sur des ventes en hausse de 9 %, à 1,8 million d'unités.

Parmi les grands constructeurs asiatiques présents sur le marché américain, Nissan a enregistré la plus forte croissance de ses ventes en 2013 - + 9,4 % à 1,25 million d'unités -, suivi de Toyota (+ 7,4 %, à 2,2 millions d'unités) et de Honda (+ 7,2 %, à 1,5 million d'unités). Les ventes de Hyundai-Kia ont quant à elles été stables, à 1,26 million d'unités.

Enfin, les constructeurs allemands ont affiché des résultats contrastés. Les ventes du groupe BMW ont progressé de 8 % (à 376 790 unités) et celles de Daimler ont augmenté de 13 % (à 343 614 unités). Les ventes du groupe Volkswagen ont en revanche fléchi de 1 % (611 512 unités), du fait d'un recul de 7 % de celles de la marque Volkswagen (à 407 704 unités).

Les analystes et les constructeurs tablent sur un marché supérieur à 16 millions d'unités cette année, mais ils ont indiqué que des facteurs, comme une hausse des prix des carburants ou des taux d'intérêt, pourraient contrarier cette estimation. (NEW YORK TIMES 3/1/14, FREEP.COM, AUTOMOBILWOCHE 4/1/14, ECHOS.FR 6/1/14)

Frédérique Payneau