Le gouvernement espagnol pourrait demander à Seat de rembourser des aides

Le gouvernement espagnol pourrait demander à Seat, filiale locale de Volkswagen, de rembourser les aides perçues pour les voitures fabriquées avec des moteurs truqués, vendues à l'occasion de campagnes de promotion de véhicules performants. "Dans la mesure où ces voitures ont été vendues notamment grâce à l'aide accordée aux véhicules performants, nous allons logiquement proposer le remboursement de ces aides", a affirmé le ministre espagnol de l'Industrie José Manuel Soria.

M. Soria a déclaré qu'il attendait que Seat rende public le nombre de véhicules concernés par la tricherie destinée à contourner les tests antipollution, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Espagne. Selon le quotidien El Pais, Seat a monté plus d'un demi-million de moteurs truqués dans ses véhicules depuis 2009.

Le ministre espagnol a ajouté que cette proposition se fera "non obstant les autres mesures qui pourraient être décidées compte-tenu de l'augmentation des émissions polluantes dues au logiciel installé sur ces moteurs". "Seat a équipé certains de ses véhicules avec des moteurs EA189 du groupe Volkswagen", a reconnu jeudi un porte-parole de Seat, sans vouloir donner de chiffres.

Le gouvernement espagnol avait présenté en 2009 un plan, baptisé "Plan Pive", depuis régulièrement renouvelé, visant à accélerer le renouvellement du parc automobile espagnol. Les consommateurs espagnols beneficiaient d'une aide de 2 000 euros, apportée par l'Etat espagnol, s'ils achetaient un véhicule neuf en rapportant aux concessionaires automobiles une voiture âgée de plus de dix ans. En mai dernier, le gouvernement avait approuvé un nouveau programme d'aides portant sur 225 millions d'euros mais l'aide avait été ramenée à 1 500 euros par véhicule acheté.

M. Soria a souligné qu'il restait en contact aussi bien avec Volkswagen qu'avec Seat, et que les deux groupes avaient confirmé un investissement de 3,3 milliards d'euros en trois ans dans l'usine de Martorell, en Catalogne. (AFP 26/9/15, EL MUNDO 25/9/15)

Juliette Rodrigues