Le contexte n’est pas favorable pour les exportateurs coréens

Les grands groupes coréens peinent à élaborer des plans stratégiques pour l’année 2015, alors qu’ils sont confrontés à une série d’éléments défavorables en Corée du Sud et à l’étranger.La faiblesse continue du yen a porté un coup sévère aux constructeurs d'automobiles et à d’autres entreprises coréennes qui sont présentes aux Etats-Unis et sur d’autres marchés. Le ralentissement des économies émergentes, en Chine, en Russie et au Brésil, accroît les difficultés pour les exportateurs locaux, déjà confrontés à une demande atone en Europe et au Japon, tandis qu’en Corée du Sud les dépenses des ménages et les investissements n’ont pas rebondi, explique Song Won-gun, un responsable du KERI (Korea Economic Research Institute), un institut de recherche affilié à la Fédération des Industries Coréennes.Dans ce contexte, les quatre premiers groupes coréens - Samsung, Hyundai Motor Group, SK et LG - n’ont pas encore établi leurs plans d’activité pour l’année prochaine.« La dépréciation continue du yen, qui avantage les voitures japonaises sur les marchés étrangers, nous inquiète particulièrement », indique un porte-parole de Hyundai. « De plus, le ralentissement des économies émergentes rend la situation plus difficile. Si l'on ajoute l’atonie persistante du marché automobile coréen, le contexte est de plus en plus défavorable », a-t-il ajouté.Hyundai prévoit de finaliser son plan d’activité pour 2015 d’ici à la fin décembre, a indiqué le porte-parole. « Au vu des incertitudes croissantes, il n’est pas aisé de définir les détails. Néanmoins, nous mettrons tout en ?uvre pour accroître les ventes et la rentabilité », a-t-il déclaré.

Frédérique Payneau