Le chiffre d'affaires du groupe Renault a progressé de 13,7 % au premier trimestre

Le chiffre d'affaires de Renault a progressé de 13,7 % au premier trimestre (+ 12,5% hors effet de change), à 9,38 milliards d'euros, grâce notamment à la « hausse des ventes à partenaires ». Le groupe a confirmé tabler pour son exercice 2015 sur une hausse des immatriculations et de son chiffre d'affaires, ainsi que sur une amélioration de sa marge opérationnelle. Il prévoit toujours une trésorerie positive pour son activité automobile.

Le chiffre d'affaires de la division automobile s’est établi à 8,8 milliards d'euros (+ 14,3 %). Au premier trimestre, le groupe a vendu 641 588 véhicules, en hausse de 0,8 %, « dans un marché automobile mondial en hausse de 1,7 % ». En France, premier marché du groupe, les immatriculations ont augmenté de 3,1 % sur les trois premiers mois de l’année, avec 150 179 véhicules vendus, grâce notamment à la marque Renault, en hausse de 7,1 %, tandis que le label Dacia a enregistré une baisse de 12,6 %.

« En Europe, sur un marché en hausse de 8,9 %, les immatriculations du groupe progressent de 9,9 % grâce, notamment, à la performance de Clio, Captur et Twingo », explique Renault, qui a enregistré une part de marché de 9,8 %. En revanche, « les immatriculations à l'international reculent de 11,3 % en raison principalement de la chute des marchés brésilien et russe ». « La croissance du marché et le succès des nouveaux modèles en Europe permettent de compenser la chute des marchés russe et brésilien », ajoute le constructeur.

L'Europe du sud confirme sa forte reprise, avec des immatriculations en hausse pour les marques du groupe: + 44,9 % en Espagne, + 28,3 % en Italie. La Grande Bretagne est également en bonne santé, avec des immatriculations en hausse de 18 %.

Le groupe a relevé ses prévisions pour le marché automobile européen et table désormais sur une croissance de 5 % pour 2015, au lieu de 2 %. « En revanche, les marchés brésilien et russe devraient connaitre une baisse plus marquée qu'attendu en début d'année », souligne Renault, qui table sur une hausse de 2 % de la demande automobile mondiale. Le Brésil, deuxième marché du groupe, a ainsi reculé de 16,1 %. En Argentine, Renault a vu ses ventes chuter de 52,7 %, mais rappelle avoir « annoncé un plan d'investissement de 100 millions de dollars US en vue de produire localement Logan et Sandero et d'améliorer sa flexibilité financière ».

En Russie, les immatriculations du groupe ont chuté de 40,7 % sur un marché en repli de 36,3 % : « cette évolution s'explique par une politique de prix volontariste visant à défendre la rentabilité, et a conduit à l'arrêt de la production pendant plusieurs semaines », détaille Renault. Le groupe précise qu'il avait initialement envisagé une consolidation globale du constructeur russe AvtoVAZ fin 2014, mais « cette consolidation n'a pas eu lieu et n'interviendra que lorsque les conditions de contrôle seront réunies ».

Les immatriculations ont par ailleurs bondi de 28,2 % en Turquie, de 12,6 % au Maghreb, de 13,7 % en Corée du Sud, mais elles ont diminué de 11,4 % en Inde. (AFP, COMMUNIQUE DE PRESSE RENAULT 23/4/15)

Alexandra Frutos