Le chiffre d’affaires de Faurecia a progressé de 6,5 % au troisième trimestre

Faurecia, filiale de PSA Peugeot Citroën, a réalisé un chiffre d'affaires mondial en hausse de 6,5 % au troisième trimestre, à 4,38 milliards d'euros, la forte croissance en Asie (+ 17,4 %) et la reprise en Europe (+ 9,2 %) permettant de compenser la déprime du marché automobile sud-américain (- 23,6 % de juillet à septembre ; - 25,8 % sur neuf mois).

L’équipementier, qui a enregistré une hausse de 2,5 % de ses ventes sur les neuf premiers mois de l'année (+ 4,8 % à taux de change constants), a confirmé ses objectifs pour l'année 2014, à savoir « une hausse de ses ventes totales entre 2 % et 4 % » à taux de change et périmètre constants. Il prévoit toujours « une progression de sa marge opérationnelle entre 30 et 60 points de base », ainsi qu'un « cash flow net positif ».
Au troisième trimestre, « les ventes ont fortement progressé avec Dongfeng-PSA (+ 36 %), SAIC-GM (+ 19 %) et Brilliance-BMW (+ 76 %) », souligne Faurecia.

L'Europe, premier marché de Faurecia, a progressé de 9,2 %, dans le contexte d'un marché automobile qui, hors Russie, a augmenté de 2 %. L’entreprise se félicite de « ventes en forte progression avec Renault-Nissan (+ 20 %), Daimler (+ 67 %) et Ford (+ 12 %) ».

L'Amérique du Nord a vu les ventes augmenter de 2,4 % au troisième trimestre, même si elles se sont repliées de 9,7 % sur les neuf premiers mois de l'année. Faurecia assure qu'il « retrouve une dynamique positive de ses ventes en raison de la montée en cadence de nombreux nouveaux modèles (Ford et Chrysler) ». « La croissance des ventes s'accélèrera au 4ème trimestre et en 2015 sous l'effet en année pleine de nouveaux programmes lancés au second semestre 2014 », ajoute-t-il.

En Amérique du Sud, « la situation économique continue de se détériorer et les constructeurs révisent fortement à la baisse leurs programmes de production », déplore Faurecia, qui n'a toutefois réalisé que 4,5 % de ses ventes en Amérique du Sud au 3ème trimestre, contre 54 % en Europe.

Au niveau mondial, l'entreprise a tiré les trois quarts de son chiffre d'affaires (3,33 milliards d'euros ; + 6,6 %) des ventes de pièces et composants livrés aux constructeurs. Les ventes de métaux précieux et céramiques incorporés dans les systèmes de dépollution ont représenté 751,6 millions d'euros, en hausse de 11,6 %, tandis que la « facturation des frais de développement, outillages, prototypes » a reculé de 5 %. (AFP 16/10/14)

Alexandra Frutos