Le bénéfice net trimestriel de Suzuki a chuté de 15,5 %

Le bénéfice net de Suzuki a chuté de 15,5 % sur la période courant d’avril à juin 2015. Au cours du premier trimestre de l'exercice 2015-2016, le résultat net s'est établi à 31,7 milliards de yens (236 millions d'euros au taux de change retenu par le groupe), à comparer à un record de 37,5 milliards un an plus tôt, en raison d'« ajustements des profits » versés aux sociétés mères des firmes dans lesquelles le constructeur détient des parts. Abstraction faite de ce facteur exceptionnel, Suzuki a affiché des résultats tout à fait honorables : son bénéfice d'exploitation a progressé de 8,3 %, à 55,16 milliards de yens, pour un chiffre d'affaires en hausse de 8,8 %, à 772,85 milliards de yens (5,7 milliards d'euros).

Dans le seul segment de l'automobile (90 % de son activité), Suzuki a écoulé quasiment autant de véhicules qu'un an plus tôt, soit 688 000 unités. Au Japon, les ventes ont été plombées par la chute des livraisons de voitures produites pour d'autres constructeurs (OEM), mais ces médiocres résultats ont été compensés par l'étranger, Inde en tête.

Suzuki a en revanche rencontré des difficultés dans sa division deux-roues (- 13 % en volumes), en particulier en Asie, tandis que les produits nautiques ont vu leurs recettes s'envoler de 27 % grâce au succès des moteurs de hors-bord aux Etats-Unis.

Avant la publication de ces résultats, le titre du groupe avait bondi de 3,4 % à 4 467,5 yens à la Bourse de Tokyo à la suite de l'annonce d'une entrée dans son capital de Third Point LLC, fonds d'investissement du milliardaire et activiste américain Daniel Loeb. « Avec à l'horizon la résolution d'un contentieux avec l'allemand Volkswagen » et une amélioration de la situation économique en Inde, « Suzuki semble aujourd'hui sous-évalué », estime le fonds dans une lettre aux investisseurs, sans préciser le montant de son investissement. (AFP 3/8/15)

Alexandra Frutos