Le bénéfice net de Renault a bondi de 58,5 % au premier semestre

Le bénéfice net de Renault a bondi de 58,5 % au premier semestre de 2017, pour atteindre le niveau record de 2,4 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires, qui atteint lui aussi un niveau record, a progressé de 17,3 %, à 29,5 milliards d'euros, dopé par l'intégration du constructeur russe AvtoVAZ (la Russie est désormais le deuxième marché du groupe, derrière la France). En excluant cette consolidation, il aurait augmenté de 12,2 %. Le constructeur a bénéficié d'une « croissance forte [...] dans toutes les régions et de toutes les marques », a détaillé la directrice financière du groupe, Clotilde Delbos.

La marge opérationnelle a également atteint un plus haut historique, à 1,8 milliard d'euros, représentant 6,2 % du chiffre d'affaires. La croissance de l'activité y a contribué pour 346 millions d'euros, et la baisse des coûts industriels pour 204 millions. « Les efforts de réduction des coûts sont revenus à un niveau plus traditionnel », a commenté Mme Delbos, faisant référence aux six millions d'euros du premier semestre de 2016. En revanche, la hausse du prix des matières premières a pénalisé la marge opérationnelle à hauteur de 132 millions d'euros, et l'effet de change à hauteur de 99 millions, notamment du fait de la dépréciation de la livre sterling.

Le flux de trésorerie libre de la division automobile de Renault, indicateur très suivi dans l'industrie, a reculé de 6 %, à 358 millions d'euros.

« La contribution des entreprises associées, essentiellement Nissan, s'élève à 1 317 millions d'euros, contre 678 millions d'euros au premier semestre de 2016. La contribution de Nissan intègre au premier trimestre un produit exceptionnel lié à la vente de sa participation dans l'équipementier Calsonic Kansei », détaille le groupe dans un communiqué. Les ventes aux partenaires, notamment le démarrage de la production de la Nissan Micra dans les usines européennes, contribuent également à la croissance du groupe - Renault fabrique par ailleurs des utilitaires Fiat, Opel et Mercedes dans ses usines. Le groupe évoque également le « dynamisme de [son] activité CKD en Iran et en Chine ».

Pour l'ensemble de l'année, le groupe Renault (marques Renault, Dacia, Renault Samsung Motors, Alpine et Lada) vise une croissance de sa marge opérationnelle et de son chiffre d'affaires à change constants au-delà de l'impact d'AvtoVAZ, et un flux de trésorerie opérationnel de l'automobile positif. Le groupe vise un chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros et une marge opérationnelle de 7 % à horizon 2022, ainsi qu'un flux de trésorerie positif. (AFP 28/7/17)

Alexandra Frutos