Le bénéfice net de Michelin a progressé de 13,3 % au premier semestre

Le bénéfice net de Michelin a progressé de 13,3 % au premier semestre de 2015, à 707 millions d'euros. Le chiffre d'affaires a augmenté de 8,5 %, à 10,5 milliards d'euros, grâce notamment à des volumes de ventes en hausse de 2,4 %, une augmentation supérieure aux marchés. Le résultat opérationnel, indicateur privilégié par le groupe, ressort en hausse de 9 %, à 1,2 milliard d'euros. Michelin confirme ainsi ses objectifs, pour l'année 2015, d'un résultat opérationnel avant éléments non récurrents en croissance (hors effets de change) et d'un flux de trésorerie (cash flow) supérieur à 700 millions d'euros.

Ce dernier, au premier semestre, est négatif de 100 millions d'euros hors acquisitions, en amélioration de 132 millions d'euros par rapport aux six premiers mois de l'année 2014, et est « conforme à l'objectif annuel du groupe », précise Michelin dans un communiqué. « Avec une demande de pneus qui devrait rester en croissance dans les zones matures et plus difficile dans les nouveaux marchés, le groupe a pour objectif au second semestre de poursuivre la tendance de croissance observée au premier semestre », ajoute le manufacturier, soulignant que « la poursuite du plan de compétitivité permettra de compenser l'inflation des coûts sur l'année ».

Début 2015, Michelin a intensifié son plan d'économies, après avoir enregistré en 2014 un bénéfice net en baisse de 8,5 %, à 1,03 milliard d'euros, en raison de « marchés peu porteurs ». Au premier semestre, les variations de change ont également été favorables au groupe, à hauteur de 302 millions d'euros, en raison du « retrait de l'euro face aux principales devises opérationnelles du groupe ».

Sur ces six mois, Michelin a réalisé des acquisitions pour un montant total de 119 millions d'euros. Il a notamment créé avec Barito Pacific Group une coentreprise visant à produire du caoutchouc naturel éco-responsable en Indonésie et a acquis 100 % du capital de la société Blackcircles.com, numéro un des pneus sur l’internet au Royaume-Uni.
En dehors de ces acquisitions, les investissements se sont élevés à 632 millions d'euros. (AFP 28/7/15)

Alexandra Frutos