Le bénéfice net de General Motors a fondu au premier trimestre

General Motors est resté bénéficiaire au premier trimestre, malgré près de 2 milliards de dollars de charges exceptionnelles, dont 1,3 milliard pour couvrir le coût des rappels de véhicules annoncés depuis le début de l'année, près de 200 millions de dollars de coûts de restructuration en Europe et 417 millions de dollars liés essentiellement à la dévaluation du bolivar vénézuélien.

Le constructeur a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice net de 125 millions de dollars, en baisse de 86 %, mais supérieur aux attentes des analystes. Son chiffre d'affaires a augmenté de 1,3 %, à 37,41 milliards, et ses ventes de véhicules dans le monde ont augmenté de 2 %, à 2,4 millions d'unités.

Par régions, General Motors a dégagé un bénéfice avant impôts après éléments exceptionnels de 557 millions de dollars en Amérique du Nord, en baisse de 60 %. Les pertes se sont creusées en Europe (284 millions de dollars, contre 152 millions un an plus tôt) et en Amérique latine (156 millions, contre 38 millions). Le bénéfice en Chine a augmenté de 9 %, à 605 millions de dollars, mais le résultat de l'ensemble de la division GMIO, qui inclut également l'Australie, l'Inde et plusieurs autres pays d'Asie, a reculé de 47 %, à 252 millions de dollars.

« Les résultats de nos activités de base ont été très robustes ce trimestre, reflétant la réponse positive de la clientèle aux nouveaux produits que nous commercialisons », a commenté Mary Barra, directrice générale du constructeur.

Chuck Stevens, directeur financier, a réaffirmé l'objectif du constructeur d'accroître sa part de marché en Amérique du Nord cette année, en dépit de l'impact négatif possible des rappels sur les ventes (selon Automotive News, la part de marché de GM a reculé de 0,7 point, à 17,3 %, au premier trimestre). (AUTOMOTIVE NEWS, FREEP.COM, DETROIT NEWS, AFP 24/4/14)

Frédérique Payneau