Le VDA demande le soutien de la Chancelière dans le débat sur la réduction des émissions de CO2

Le président du VDA (association de l’industrie automobile allemande), Matthias Wissmann, a demandé le soutien de la Chancelière Angela Merkel dans le débat sur la réduction des émissions de CO2, estimant qu’un plafond des émissions à 95 g de CO2/km mettrait en danger le segment du haut de gamme allemand.

« Nous ne pouvons pas laisser notre puissant et performant segment haut de gamme, qui représente presque 60 % des emplois au sein des constructeurs automobiles en Allemagne, être littéralement détruit par des limitations arbitraires », a-t-il expliqué dans une lettre adressée à la Chancelière.

Le projet de la Commission européenne, visant à réduire les émissions moyennes de voitures neuves à 95 g de CO2/km d'ici à 2020, doit encore être étudié par les ministres européens de l'Environnement et être examiné par le Parlement européen en juillet.

Dans son courrier, M. Wissmann réclame également un renforcement des « super crédits », qui permettent de compenser les niveaux d'émissions élevés des voitures à forte consommation (à l'instar des grosses berlines allemandes) par les émissions plus faibles des véhicules hybrides et électriques. (AFP, AUTOMOBILWOCHE, HANDELSBLATT, WELT 21/5/13, TRIBUNE 22/5/13)

Cindy Lavrut