Le Sénat américain a procédé à une nouvelle audition dans l'affaire des rappels chez General Motors

La sous-commission du Sénat américain, qui enquête sur le rappel tardif par General Motors de véhicules dotés de commutateurs d'allumage défectueux, a procédé le 18 juillet à une deuxième audition. Trois dirigeants du constructeur américain avaient été convoqués, ainsi que Rodney O'Neal, le patron de Delphi qui avait fourni les commutateurs à General Motors.Claire McCaskill, qui préside la sous-commission du Sénat, a loué la façon dont la patronne de General Motors Mary Barra a fait face à cette crise. Elle a toutefois regretté qu'elle n'ait pas limogé Michael Milliken, directeur juridique du constructeur, alors que l'enquête commandée par GM a conclu que les services juridiques avaient été lents à dévoiler les détails d'accords à l'amiable conclus avec certaines familles de victimes et n'avaient pas alerté les ingénieurs ou les dirigeants d'un possible problème de sécurité. M. Milliken a indiqué qu'il n'avait eu connaissance des problèmes sur les commutateurs d'allumage qu'au mois de février.Le patron de Delphi a pour sa part indiqué que General Motors avait approuvé « en connaissance de cause » la conception finale du commutateur fourni. Il a décliné toute responsabilité de son entreprise dans cette affaire. (AFP, DETROIT NEWS, GUARDIAN 17/7/14)

Frédérique Payneau