Le Salon de Tokyo 2013 sous le signe de l'électronique et de l'écologie (2/2)

La recrudescence de nouveautés au 43ème Salon automobile de Tokyo, qui s'est ouvert au public le 23 novembre, témoigne surtout d'un regain de forme des constructeurs locaux. Toyota présente cinq concepts qui expriment l'idée d'une société du futur attachée à l'importance du plaisir de conduire. Sa plus belle expression est sans conteste le FV2, un trois-roues compact qui se pilote debout et sans volant. Ce sont les mouvements du corps qui déterminent les déplacements. Le numéro un mondial présente également le concept FCV, qui préfigure une grande berline (4,87 m de long) fonctionnant à l'hydrogène et dont la version définitive devrait être commercialisée en 2015. Le véhicule offre une autonomie de 500 km et peut être rechargé en hydrogène gazeux en trois minutes (deux réservoirs). Après avoir imposé la technologie hybride, Toyota sera peut-être le premier constructeur à proposer la pile à combustible sur des modèles de grande série. "La voiture à pile à combustible coûte actuellement très cher, mais si les constructeurs parviennent à abaisser son coût, elle a un fort potentiel de développement car elle ne produit aucune émission de CO2", indique Tatsuya Mizuno, expert automobile chez Mizuno Credit Advisory.

Toyota présente également un prototype de taxi prévu pour le marché japonais, censé répondre aux défis environnementaux et aux besoins de la population vieillissante du Japon. Le véhicule est plus haut à l’arrière qu’à l’avant et il est doté d’une large porte électrique coulissante pour les passagers ainsi que d’un plancher bas. Toyota espère pouvoir commercialiser un taxi de ce type d’ici aux Jeux Olympiques de 2020, où la demande de courses sera très élevée. Après s'être remis d'une série de catastrophes ces dernières années (crise financière, rappels massifs de véhicules, séisme et tsunami au Japon), Toyota revient au premier plan de la scène internationale avec pléthore d'innovations et résultats financiers florissants, gonflés, comme ceux de ses compatriotes, par la forte dépréciation du yen due à la politique du gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe.

Nissan, qui a beaucoup investi ces dernières années dans les véhicules Zéro Emission, présente un prototype de voiture électrique sportive, qui pourrait inspirer un nouveau véhicule commercialisable visant délibérément une clientèle aisée. "Il s’agit d’un prototype exploratoire, qui servira de base à un véhicule de production à venir", indique le constructeur. Le "BladeGlider" se distingue par une allure très effilée, nettement plus étroit à l’avant (1 mètre) qu’à l’arrière (1,89 m). Une seule place est prévue à l’avant, pour le conducteur qui s’assoit au milieu face à un volant de type aéronautique, et deux places à l’arrière pour les passagers. Avec ce véhicule résolument sportif et haut de gamme, Nissan semble vouloir lorgner vers le segment des voitures électriques de luxe, dans lequel l’Américain Tesla rencontre un certain succès en Californie. Tesla, spécialisé dans ce créneau du "luxe électrique", sera d'ailleurs le seul constructeur américain présent à Tokyo.

Chez Honda, les prototypes d'hier deviennent les voitures de série de demain. C'est le cas notamment du prochain coupé NSX à propulsion hybride, du petit crossover urbain Urban SUV Concept et du S660 Concept, un minicabriolet à vocation sportive se posant en digne successeur de la Beat. Honda expose en outre la FCX Clarity, une voiture sportive électrique haut de gamme, déjà commercialisée à très petite échelle.

Mitsubishi dévoile à Tokyo sa future identité stylistique (calandre proéminente et feux effilés notamment) au travers de trois concepts : le GC-PHEV (grand tout-terrain électrique), le XR-PHEV (tout-terrain urbain hybride) et le Concept AR (monospace compact de nouvelle génération).
Ces trois concepts, différents dans leurs approches de la conduite mais aussi de la vie à bord, intègrent par ailleurs les dernières innovations technologiques de la marque, notamment en matière de connectivité, de sécurité et de mobilité

Suzuki présente le Crosshicker, mini-crossover de seulement 810 kg, dérivé du prototype Regina de 2011, ainsi que le petit tout-terrain X-Lander, qui révèle les contours du prochain Jimny. Les Hustler et Hustler Coupé réalisent quant à eux un mariage plus ou moins heureux entre crossover et petit monospace.

Les constructeurs allemands, dont les modèles de luxe remportent un succès non négligeable au Japon, sont présents en force à Tokyo, avec Audi, BMW, Mercedes-Benz, Porsche et Volkswagen. Les Français, plus discrets dans l'archipel, sont toutefois de la partie avec Renault et Peugeot-Citroën, comme les Britanniques Land Rover et Jaguar ou encore le Suédois Volvo.

Bien que le marché automobile japonais soit le troisième au niveau mondial après la Chine et les Etats-Unis, il reste peu ouvert aux étrangers. En 2012, seuls 4,5 % des 5,37 millions de véhicules neufs vendus dans l'archipel étaient de marque étrangère.

Juliette Rodrigues