Le Salon de Genève marque-t-il un ralentissement dans l’expansion d’Audi ?

Alors que le marché européen affiche une légère reprise (+ 5,5 % au mois de janvier, à 935 640 unités et une prévision à + 2 % pour l’ensemble de l’année ; voir les revues de presse des 30/1/14 et 18/2/14 et le zoom éco du 5/2/14), Audi ne présente qu’un modèle de niche au Salon de Genève. En effet, la marque aux anneaux, qui contribue au bénéfice du groupe Volkswagen à hauteur de près de 50 %, ne dévoile cette année à Genève qu’une nouvelle version de la TT, un modèle qui n’a représenté l’an dernier que moins de 2 % de ses ventes annuelles (1,58 million d’unités).

A l’inverse, les stands de ses concurrents allemands BMW et Mercedes affichent des nouveautés de taille. Ainsi, BMW expose la version définitive de sa citadine électrique i3 et le monospace Série 2 Active Tourer (premier véhicule de ce type pour BMW), tandis que Mercedes va présenter la nouvelle version de la Classe C, son modèle le plus vendu, ainsi que la berline de luxe Classe S.

L’absence de nouveautés déterminantes sur le stand d’Audi cette année s’explique principalement par son expansion ces dernières années. En effet, au cours de la décennie passée, la marque a doublé le nombre de modèles qu’elle propose (et multiplié ses ventes par deux sur la période), afin de réduire son écart avec BMW sur le segment du haut de gamme. Après un tel essor, Audi a donc moins de nouveaux produits à présenter, d’autant que les futurs A4 et Q7 ne sont attendus que l’an prochain.

En plus de ce « creux » dans l’innovation de la part d’Audi, la différence avec ses concurrents est d’autant plus prononcée que Mercedes est dans une dynamique d’offensive de nouveaux modèles, dans le but de reprendre à Audi sa place de deuxième constructeur sur le segment du haut de gamme (derrière BMW).

Toutefois, la TT est un modèle qui, s’il est mineur en termes de volume, est important en termes d’image de marque pour Audi. Il positionne la marque comme un constructeur à la pointe en termes de technologie et de sportivité.

De plus, Audi continue à miser sur l’innovation, avec un plan d’investissements de 20 milliards d’euros sur la période 2014-2018, afin de développer de nouveaux modèles et de nouvelles technologies. En outre, la marque aux anneaux encourage l’innovation à tous les niveaux. Pour preuve, deux apprentis en formation chez Audi ont remporté un prix en Allemagne pour avoir développé un pare-soleil automatique, qui s’abaisse automatiquement selon l’intensité du rayonnement solaire, mesuré grâce à une caméra.

Ainsi, malgré un stand un peu terne au Salon de Genève cette année, Audi reste un constructeur innovant, apte à concurrencer ses consorts sur le segment du haut de gamme, BWM et Mercedes.

Cindy Lavrut