Le Royaume-Uni va bannir les voitures à essence et diesel à partir de 2040

Le Royaume-Uni interdira la vente de voitures neuves à essence et diesel à partir de 2040, a annoncé le ministre de l'Environnement Michael Gove le 26 juillet. Le Royaume-Uni rejoint ainsi d'autres pays, dont la France, qui veulent privilégier les motorisations électriques à l'avenir.Le président de l'association de l'industrie automobile britannique (SMMT), Mike Hawes, a demandé au gouvernement d'accompagner la transition vers les nouvelles motorisations. « Des interdictions totales risquent de fragiliser le marché des voitures neuves et notre secteur, qui représente plus de 800 000 emplois au Royaume-Uni. L'industrie plaide pour une approche positive, avec des aides à l'achat », a déclaré M. Hawes. Il a souligné que la demande pour les véhicules à carburants alternatifs augmentait, mais qu'elle restait à un niveau très bas en raison des inquiétudes des acheteurs concernant les prix des véhicules, leur autonomie et les stations de recharge. Au premier semestre, les ventes de modèles électriques et hybrides au Royaume-Uni ont augmenté de près de 30 %, mais elles représentent encore moins de 5 % des immatriculations de voitures neuves. Sur cette période, la demande de voitures diesel a diminué de 10 %, tandis que celle de voitures roulant à l'essence a augmenté de 5 %. Mr Gove a indiqué sur BBC Radio 4 que le gouvernement mettrait prochainement 200 millions de livres (224 millions d'euros) à la disposition des autorités locales pour des mesures visant à restreindre la circulation des véhicules diesel. Les Conservateurs se sont engagés, avant les élections du mois de juin, à ce que la quasi-totalité des voitures et utilitaires légers soient à émission zéro d'ici à 2050.Le Royaume-Uni a prévu d'investir plus de 800 millions de livres (896 millions d'euros) dans les technologies de conduite autonome et à émission zéro, dans le cadre de sa stratégie industrielle de l'après-Brexit. Le Département des Entreprises, de l'Energie et de la Stratégie industrielle a détaillé cette semaine un plan d'investissement de 246 millions de livres (275 millions d'euros) en faveur de la recherche dans les batteries. (AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 27/7/17, AUTOCAR 24/7/17)

Frédérique Payneau