Le Mondial ouvre à l’heure de la reprise du marché automobile européen

Le Mondial de l’Automobile a ouvert ses portes aux professionnels et aux médias les 2 et 3 octobre ; ensuite, du 4 au 19 octobre, le Salon pourrait attirer plus d'un million de visiteurs. Sur 125 000 m² d'exposition, quelque 260 marques, dont 71 constructeurs, vont présenter nouveautés et innovations. Une quarantaine de conférences de presse ont été organisées pendant les journées de presse, avec de nombreux hauts dirigeants du secteur.

Le Mondial se tient cette année sur fond de timide reprise du marché européen. Après avoir touché le fond en 2013, l'Europe a en effet vu son marché automobile recommencer à croître (immatriculations en hausse de 6 % depuis le début de 2014), même si les Européens achètent toujours 20 % de moins d'automobiles qu'en 2007. La France a de son côté enregistré une croissance de 2,1 % depuis le début de l’année, après cinq ans de baisse. « Il y un redémarrage en Europe, il est lent [et] pas très très important. Nous sommes en train de parler de 3 % à 4 % de croissance prévue pour 2014 », a déclaré le 1er octobre le président de Renault, Carlos Ghosn.

Sur le plan des produits, parmi les premières mondiales les plus attendues à Paris figurent le nouveau Renault Espace, qui évolue pour se rapprocher des véhicules métis, niche de marché en plein essor. Opel expose la nouvelle Corsa, Smart ses nouvelles citadines à deux et quatre portes, Volkswagen sa grande berline Passat, tandis que la vedette du stand Ford devrait être la Mustang, mythique coupé américain pour la première fois disponible l'année prochaine dans les concessions européennes. Jaguar, qui tente comme de nombreux constructeurs de concurrencer le haut de gamme allemand, vient de son côté au Mondial avec sa petite familiale XE.

La grande tendance de cette édition, fruit du programme de recherche et développement Nouvelle France industrielle dont l’impulsion a été donnée par le gouvernement il y a deux ans, est la course aux moteurs économes : Peugeot (208 HYbrid Air 2L) et Citroën (C4 Cactus Airflow 2L) visent les deux litres aux 100 km avec des prototypes recourant à l'air comprimé, tandis que Renault assure pouvoir consommer un litre aux 100 avec son démonstrateur hybride rechargeable « Eolab ». De quoi susciter l'intérêt des visiteurs, toujours passionnés par les avancées technologiques de l'automobile.

Alexandra Frutos