Le Ministre allemand des Transports a ordonné une vérification des émissions de l'ensemble des modèles diesel de Volkswagen

Alors que Volkswagen est accusé d’avoir contourné les réglementations sur les émissions de gaz polluants aux Etats-Unis, le Ministre allemand des Transports Alexander Dobrindt a ordonné au KBA (Office fédéral des transports) de réaliser « des tests approfondis » sur l’ensemble des modèles diesel du constructeur en Allemagne également. « Des contrôles indépendants ont régulièrement lieu. Néanmoins, j'ai demandé à l'Office fédéral des Transports de faire réaliser par des organismes indépendants des tests approfondis sur l'ensemble des véhicules diesel de Volkswagen », a expliqué M. Dobrindt.En outre, le gouvernement allemand a exigé de la part des autres constructeurs des informations fiables afin de déterminer si d'éventuelles manipulations des tests antipollution avaient eu lieu également en Allemagne.Au vu de l'ampleur de cette affaire, le conseil de surveillance de Volkswagen organisera demain une réunion de crise et convoquera une session « normale » ce vendredi. Outre ces tests approfondis en Allemagne, Volkswagen doit faire face à des enquêtes aux Etats-Unis et en Corée du Sud (voir les rubriques correspondantes).Par ailleurs, le Ministre-Président de Basse-Saxe et membre du conseil de surveillance du groupe VW, Stephan Weil, a déclaré que ces manipulations étaient inacceptables et injustifiables.En outre, l'institut allemand pour la recherche économique (DIW) craint que ce scandale affecte l'image de marque de Volkswagen non seulement aux Etats-Unis mais aussi en Allemagne, ce qui pourrait avoir des répercussions sur l'emploi. De plus, une fois les responsabilités déterminées, des dirigeants pourraient être contraints de quitter Volkswagen. Martin Winterkorn, président du groupe allemand, est la cible de nombreuses critiques. Néanmoins, Bernd Osterloh, président du comité d'entreprise de VW, a affirmé son soutien au dirigeant. M. Winterkorn a promis de coopérer avec les autorités américaines.Enfin, Sigmar Gabriel, Ministre allemand de l'Economie, a qualifié cette affaire de « grave incident », mais souhaite que Volkswagen corrige rapidement ses erreurs, afin que l'image de marque du « Made in Germany » ne soit pas affectée. De son côté, Jochen Flasbarth, secrétaire d'Etat à l'Environnement, a déclaré que ce scandale était « un cas avéré de tromperie des consommateurs et de dommages faits à l'environnement ». Il exige que « Volkswagen fasse la lumière totale sur la manière dont ces manipulations ont eu lieu et sur leur ampleur ». (AFP, JOURNALAUTO.COM, AUTOMOBILWOCHE, HANDELSBLATT, SÜDDEUTSCHE ZEITUNG 21/9/15)

Cindy Lavrut