Le Japon et l’Australie s’entendent sur un accord de libre-échange

Le Japon et l'Australie ont annoncé le 7 avril s'être entendus pour signer un accord de libre-échange, après sept années de difficiles négociations. « Cela va créer de nouveaux échanges et possibilités d'investissements pour les deux pays », indique un communiqué commun, précisant que « des efforts seront faits pour signer le plus vite possible ».

D’après les médias japonais, les Premiers ministres des deux pays, Shinzo Abe et Tony Abbott, se sont entendus sur les deux principaux sujets d'intérêt. Il s'agit d'une part de la taxe à l'importation de 5 % imposée en Australie sur les voitures japonaises de petite et moyenne gamme, qui serait supprimée, et d’autre part de la taxe sur le b?uf australien, actuellement fixée à 38,5 % à son entrée au Japon, qui devrait être abaissée de façon progressive dans une fourchette de 20 % à 30 %.

La suppression de la taxe sur l'automobile permettra aux constructeurs japonais de se battre à armes égales avec leurs concurrents sud-coréens en Australie, avec qui la Corée du Sud a pris de l'avance pour signer ce mardi un accord de libre-échange.

Ces avancées interviennent alors que le Japon a aussi entrepris de difficiles négociations de libre-échange avec l'Union Européenne d'une part, et les Etats-Unis d'autre part, dans le cadre d'un vaste partenariat transpacifique (TPP).

La signature prochaine de l’accord entre l’Australie et le Japon est d'autant plus importante que plus aucune voiture de marque nippone ne sera bientôt produite en Australie : Mitsubishi Motors a fermé son usine d'Adélaïde (sud) il y a cinq ans et le dernier encore présent, Toyota, a annoncé en février qu'il allait stopper ses lignes d'assemblage d'Altona dans la banlieue de Melbourne (sud-est) d'ici à la fin de 2017. (AFP 7/4/14)

Alexandra Frutos