Le Conseil européen retarde la possibilité de modifier la conception des poids lourds

Comme le Parlement européen en avril, les ministres européens des Transports ont adopté le 5 juin la directive révisée sur les dimensions et le poids maximum des poids lourds. Avec l’adoption de ce texte, les ministres ont autorisé l’allongement des poids lourds pour améliorer leur aérodynamisme et ainsi réduire leur niveau de consommation et d’émissions. La limite actuelle de 18,75 m de « longueur chargée » passera ainsi à 20,75 m à partir de 2022.
Comme les députés, les ministres ont également autorisé la conception de cabines de forme arrondie pour améliorer l’aérodynamisme mais aussi la visibilité des conducteurs (pour plus de sécurité). Les constructeurs pourront également installer des réflecteurs aérodynamiques à l'arrière des remorques.

Néanmoins, sous la pression de la France et de la Suède ? qui défendent Renault Trucks et Volvo Trucks ? les ministres européens ont décidé de repousser la date d’entrée en vigueur de ces dispositions spécifiques, certains constructeurs craignant que leurs concurrents puissent sortir de nouvelles cabines plus rapidement qu’eux. « Les dispositions relatives aux dispositifs arrière commenceront à s'appliquer à compter de la date de transposition [dans la législation national], à savoir trois ans après l'entrée en vigueur de la directive, et celles relatives au nouveau profilage de la cabine cinq ans après la date de transposition », ont décidé les ministres. Le Parlement européen, le Conseil et la Commission vont maintenant devoir négocier un compromis pour que le texte puisse être adopté.

Sur le poids des camions et des bus, les ministres ont rejoint la position des députés. Ils ont ajouté que le poids maximal des autobus serait augmenté de 1,5 tonne pour tenir compte de diverses évolutions telles que l'augmentation du poids moyen des passagers et de leurs bagages, ainsi que les nouveaux équipements imposés par la réglementation en matière de sécurité.

Concernant les camions, les ministres souhaitent que la limite de poids puisse être relevée pour les seuls véhicules ayant recours « à des carburants de substitution », afin de tenir compte du poids requis par les technologies nécessaires et encourager leur utilisation.

Enfin, comme les députés, les ministres se sont opposés à l’utilisation transfrontalière des mégacamions (25,25 m et 60 tonnes), dont la circulation n’est autorisée que dans une poignée de pays européens (Suède, Danemark, Finlande, Pays-Bas). (AUTOACTU.COM 6/6/14)

Alexandra Frutos