Le Conseil de Paris approuve un projet de plan de prévention du bruit routier

Le Conseil de Paris a approuvé le 16 mars un projet de plan de prévention du bruit routier, qui a mis au centre des débats les nuisances provoquées par le périphérique. Ce PPBE (projet de plan de prévention du bruit dans l'environnement), qui découle d'une obligation réglementaire, fera l'objet d'une consultation publique pendant deux mois, avant son adoption définitive. Son préambule estime qu'environ 11 % des Parisiens (soit 231 000 personnes) « résident dans un environnement que l'on peut qualifier de bruyant à cause du trafic routier » (soit un indicateur de bruit « LDEN » supérieur à 68 dB(A)).

Le plan comporte 34 mesures, dont beaucoup relèvent des politiques menées par ailleurs pour lutter contre la pollution de l'air. Il prévoit notamment la création d'un « baromètre de l'environnement sonore à Paris » ; une sensibilisation du grand public, et tout particulièrement des conducteurs de deux roues motorisés ; la couverture du périphérique avec un enrobé phonique sur « l'ensemble des tronçons mitoyens des zones d'habitation » d'ici à 2020 (30 % des 35 km) ; la réalisation d'ici à 2020 d'un « programme de création de nouvelles zones 30 en vue de leur généralisation en dehors des grands axes » ; et la création de zones à trafic limité, fermées à la circulation automobile à certains horaires.

La Ville entend également « favoriser le développement de véhicules moins bruyants », en expérimentant notamment l'équipement des véhicules légers municipaux en pneus silencieux, améliorer le confort acoustique des logements, en « s'assurant du confort acoustique des nouveaux logements sociaux », et renforcer le contrôle acoustique des motocyclettes et vélomoteurs. (AFP 16/3/15)

Alexandra Frutos