Le Canada parviendra-t-il à redynamiser son secteur automobile ? (1/2)

Selon une étude réalisée par l’Université de Windsor et l’association des fournisseurs d’équipements pour véhicules du Canada, les constructeurs mondiaux d’automobiles ont annoncé 24,1 milliards de dollars d’investissements pour accroître leurs capacités de production en 2014.La valeur de ces investissements a augmenté de 37 % sur un an, mais une fois encore le Canada ne bénéficiera pas de cette manne. Le pays n’a en effet attiré que 180 millions de dollars d'investissements des constructeurs destinés à accroître leurs capacités depuis 2011. Ford, General Motors et Honda ont annoncé des investissements au Canada, mais dans leurs usines existantes, pas pour de nouveaux sites ou pour accroître leurs capacités.En 1999, le Canada était le cinquième producteur d'automobiles, derrière les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne et la France. Son industrie automobile était puissante, mais des coûts élevés de main-d'oeuvre, des taux de change défavorables et la réticence du gouvernement à accorder des aides ont conduit les constructeurs à fermer cinq sites et à réduire la voilure dans d'autres usines. General Motors va supprimer cette année 1 000 emplois dans une de ses deux usines à Oshawa, dans l'Ontario. En outre, depuis 1999, les constructeurs n'ont ouvert qu'une seule nouvelle usine au Canada alors qu'ils en ont implanté plus de vingt au Mexique et dans les Etats du sud des Etats-Unis. Le Canada ne compte plus aujourd'hui que dix usines d'assemblage. Sa capacité de production de véhicules a diminué de 2,1 millions d'unités depuis 1992, indique Dennis DesRosiers, président de DesRosiers Automotive Consultants.

Frédérique Payneau