Le CNPA veut créer la « carte vitale » de l’automobile

Dans de nombreux pays, l’historique d’un véhicule est compilé par des sociétés indépendantes ou par la fédération des garagistes, permettant à un éventuel acquéreur de connaître son kilométrage réel, sa sinistralité et ses pannes, ainsi que son carnet d’entretien. C’est le cas aux Etats-Unis, avec Carfax, au Royaume-Uni, avec Hpi, ou en Belgique avec Car-pass. En France, le CNPA (Conseil national des professions de l’automobile), s’intéresse de près à ce sujet. « Nous voulons créer la carte vitale de l’automobile, pour connaître son parcours de la sortie d’usine à sa fin de vie », explique Francis Bartholomé, président du CNPA.

Des locaux de 350 m2 ont d’ores et déjà été identifiés Avenue Victor Hugo (Paris 16ème) pour accueillir la structure qui développera et gérera cette plateforme numérique. L’adresse aura aussi vocation à accueillir des jeunes pousses sélectionnées par le CNPA dans le cadre de la mission de pilotage du projet « mobilité » qui lui a été confié au sein du programme Station F. « Nous sommes en discussion avec les constructeurs sur le sujet », indique le dirigeant. L’accès aux données techniques du véhicule est au c’ur de cette discussion, une thématique sur laquelle la CNIL doit aussi prendre position en septembre prochain et sur laquelle la Commission européenne doit aussi s’exprimer. (AUTOACTU.COM 7/7/17)

Alexandra Frutos