Le CNPA propose "un pacte de mobilité" à Emmanuel Macron

Francis Bartholomé, président du CNPA, a défendu hier devant le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, la mise en ?uvre d’un "pacte de mobilité" engageant la filière aval dans une véritable gestion du parc en échange d’un "soutien" du gouvernement.

"Notre projet, notre volonté, c’est d’avoir un pacte de mobilité", a déclaré Francis Bartholomé. L’idée du président du CNPA est de valoriser les métiers de la filière aval en leur donnant la possibilité de prendre la main sur "la gestion des parcs". Concrètement, le président du CNPA propose la mise en place d’offres à finalité sociale chez les professionnels (en utilisant par exemple les pièces de réemploi ou en mettant leurs VO à disposition), en ciblant plus particulièrement les jeunes et les demandeurs d’emploi. "Parce qu’ils sont ancrés dans leur tissu économique local, les professionnels des services automobiles ont intérêt à créer des nouvelles mobilités adaptées au terrain local. Mais ils doivent pour cela travailler avec des acteurs comme les collectivités locales et les foyers sociaux", avait insisté l’économiste Bernard Jullien, plus tôt dans la journée.

En échange, Francis Bartholomé a appelé le ministre de l’Economie à apporter des réponses "claires" aux professionnels quant aux moyens qui pourraient leur être apportés pour "embaucher", "réinvestir", pour leur "redonner confiance" ou encore pour "alléger" leurs charges et leurs organisations.

"Je prends volontiers cette proposition de pacte de mobilité", a répondu Emmanuel Macron. Sans annoncer de mesures concrètes aux attentes du président, le ministre a laissé entendre qu’il serait prêt à mettre en place les aides nécessaires à la transformation des métiers (via des mécanismes fiscaux adaptés par exemple) si elle vise à relever les défis de la digitalisation de l’économie et de la transition énergétique. (AUTOACTU.COM 31/3/15)

Juliette Rodrigues