La renaissance de l'industrie automobile américaine est aussi tirée par les exportations (1/2)

La renaissance de l’industrie automobile américaine a résulté principalement de la demande de véhicules neufs aux Etats-Unis, mais elle a aussi été soutenue par une hausse des exportations. Les exportations annuelles de véhicules fabriqués aux Etats-Unis ont augmenté de près de 80 % entre 2009 et 2012. Et cette année, les exportations ont progressé d’environ 9 % entre les mois de janvier et d’octobre, selon le Département américain du Commerce.

Les constructeurs de Detroit ne sont pas les seuls à profiter de l’attrait des voitures fabriquées aux Etats-Unis à l’international. Les usines locales des constructeurs japonais et européens développent également leurs activités à l’exportation, créant des emplois et investissant pour répondre à la demande de l’étranger. « Cela devient une part plus importante de notre activité chaque année. C’est un secteur très dynamique », indique Bob Carter, directeur général de Toyota aux Etats-Unis.

Les constructeurs étoffent en effet leur offre de véhicules destinés à l’exportation. Ford a annoncé que la nouvelle génération de la Mustang, qu’il vient de présenter, serait pour la première fois exportée sur le marché mondial à compter de 2015. Le modèle a d’ailleurs été dévoilé simultanément dans six villes sur quatre continents : New York, Los Angeles et Dearborn, aux Etats-Unis ; Barcelone, en Espagne ; Sydney, en Australie et Shanghai en Chine.

Les usines américaines ont expédié 1,8 million de véhicules légers à l’étranger en 2012. Ce volume devrait atteindre 2 millions d’unités cette année. La croissance des exportations montre combien les voitures américaines sont devenues compétitives dans le monde en termes de coûts de production et de qualité. Depuis qu’ils sont sortis de la récession, les constructeurs bénéficient de coûts de main-d’?uvre et d’énergie plus bas ainsi que d’un outil industriel allégé et plus productif. « La hausse des exportations devrait se poursuivre, car les Etats-Unis ont une structure de coûts plus compétitive que précédemment, de meilleurs produits et davantage de plateformes mondiales qui peuvent être expédiées ailleurs », explique Xavier Mosquet, un spécialiste de l’automobile de Boston Consulting.

Frédérique Payneau