La production automobile du Mexique s'envole (1/2)

L’industrie automobile au Mexique se développe à un rythme plus rapide que prévu, portée par une vague ininterrompue d’investissements dans des usines d’assemblage. Le pays pourrait produire dès cette année davantage de véhicules que le Brésil et sa production est appelée à exploser dans les prochaines années.L’attrait du pays pour les constructeurs d’automobiles mondiaux ne se dément pas. Deux nouveaux projets d’implantation ont encore été annoncés ces dernières semaines. Daimler et Renault-Nissan vont investir conjointement 1,36 milliard de dollars pour construire une usine à Aguascalientes, qui pourra fabriquer 300 000 voitures compactes de luxe annuellement sous les marques Mercedes et Infiniti. BMW va pour sa part construire une usine dotée d’une capacité de production 150 000 unités par an à San Luis Potosi, pour un coût de 1 milliard de dollars ; le site doit entrer en activité en 2019 et employer 1 500 personnes. Kia a quant à lui confirmé que le Mexique figurait parmi les pays où il pourrait implanter une nouvelle usine.Selon les estimations d’Automotive News, les usines en construction et les projets annoncés augmenteront la capacité de production de véhicules du Mexique de 1,5 million d’unités - soit d’environ 50 % - d’ici à 2019. Le pays, qui a fabriqué 2,93 millions de véhicules en 2013, pourrait alors en produire 4,5 millions annuellement.Depuis les années 1980, le Mexique fournissait au marché américain un nombre substantiel de véhicules fabriqués notamment par les trois constructeurs de Detroit. Il est devenu une base d’exportation pour les constructeurs mondiaux. Ces derniers y produisent avant tout des petites voitures qu’ils exportent principalement aux Etats-Unis. Ils bénéficient d'une main-d'oeuvre bon marché, de la proximité du marché américain et des avantages liés aux accords de libre-échange que le Mexique a conclus avec de nombreux pays.

Frédérique Payneau