La part des véhicules diesel est descendue à 68,5 % en mai

Au mois de mai, la part des véhicules diesel dans les immatriculations est passée nettement sous le seuil des 70 %, à 68,5%, tandis que la part des motorisations à essence a fortement progressé, à 28,6 %.

Depuis le début de l’année, la part des véhicules diesel n’a cessé de baisser et cette tendance s’est accélérée au mois de mai. Sur un marché en baisse de 10,1 %, les immatriculations de véhicules à essence ont progressé de 6,8 %, tandis que celles de modèles diesel ont chuté de 17,1 %.

Les immatriculations de véhicules à essence ont ainsi représenté près de 29 % du marché en mai (en hausse de soit 4,5 points) et 27,6 % sur les cinq premiers mois de l’année. A l’inverse, la part des véhicules diesel a continué de baisser, totalisant 68,5 % du marché en mai (en baisse de 5,5 points) et 69,2 % au cumul.

Les segments hybrides et électriques ont continué à progresser en mai, de 7 % et 22 % respectivement. Les véhicules hybrides ont représenté 2,09 % du marché le mois dernier et 2,49 % au cumul, les modèles électriques 0,46 % en mai et 0,52 % sur cinq mois.

Le segment des véhicules hybrides est resté dominé par Toyota (56 % des ventes avec les Auris et Prius), devant PSA (32 % avec les Peugeot 3008, 508 et Citroën DS5).

Le segment des véhicules électriques a été dominé par Renault avec la Zoé, qui a représenté 70 % des ventes (483 immatriculations), devant la Nissan Leaf (18 %, à 124 unités). Près de la moitié des Zoé (48 %) ont été achetées par des particuliers ; c’est le cas de seulement 23 % des Leaf majoritairement immatriculées en VD (57 %).

Le groupe PSA a immatriculé 6 voitures électriques le mois dernier (3 de chaque marque), et Bolloré 49 BlueCar.
Trois autres acteurs sont présents sur ce segment : Mia avec 13 immatriculations (dont 4 ventes à particuliers), Smart avec la Fortwo (10 immatriculations) et Luménéo avec le Néoma (3 unités).

Les ventes de véhicules roulant aux GPL, certes confidentielles, ont doublé le mois dernier, à 333 unités (0,22 % du marché), avec la Dacia Sandero (68 % du segment) et le Duster (26 % du segment). Ce segment reste cependant très loin des niveaux atteints à l’époque de la prime de 2 000 euros, où il avait certains mois dépassé 3% du marché. (AUTOACTU.COM 6/6/13)

Alexandra Frutos