La marque Jeep doit tirer la croissance de Fiat Chrysler

Fiat Chrysler Automobiles nourrit des projets audacieux et ambitieux pour Jeep. La célèbre marque américaine de tout-terrain doit en effet tirer sa croissance dans le monde d’ici à 2018 en s’internationalisant davantage, et générer des bénéfices qui l'aideront à relancer ses autres marques.

Aux termes de la stratégie présentée par le groupe italo-américain début mai, Jeep doit porter ses ventes mondiales de véhicules à 1,9 million d'unités en 2018 - soit une hausse de 160 % en cinq ans -, fabriquer et vendre des véhicules en Chine, en Inde et au Brésil et commercialiser un nouveau gros tout-terrain de loisir de haut de gamme, le Grand Wagoneer, pour concurrencer les Range Rover.

En 2013, Jeep a réalisé un deuxième record de ventes consécutif, avec 731 565 véhicules écoulés sur le marché mondial. Le résultat a conduit Chrysler à relever l’objectif de ventes pour la marque en 2014 de 800 000 unités à 1 million d’unités.

Les dirigeants prévoient qu’un tiers des volumes supplémentaires envisagés pour Jeep à l’horizon 2018 proviendront de la croissance de l’industrie, de parts de marchés ravies à d’autres constructeurs et de l’élargissement de l’offre. La marque lance cette année un nouveau petit tout-terrain dénommé Renegade, qui est pour commencer fabriqué en Europe et est conçu pour séduire en premier lieu des acheteurs hors des Etats-Unis. Elle commercialisera le Grand Wagoneer, doté de trois rangées de sièges, en 2018.

Le reste de la croissance de la marque de tout-terrain découlera de la production de ses véhicules au Brésil, en Chine, en Inde et en Italie. D'ici à 2018, Jeep prévoit de fabriquer 500 000 véhicules en Chine et en Inde pour ces marchés. La marque compte également en assembler annuellement 200 000 autres au Brésil pour le marché sud-américain dans une nouvelle usine d’un coût de 1,8 milliard de dollars à Pernambuco. 200 000 véhicules seront aussi produits annuellement en Europe. Le Renegade sera mis en fabrication cette année en Italie.

Jeep doit par ailleurs produire 200 000 tout-terrain de loisir supplémentaires par an en Amérique du Nord, mais il n’a pas été précisé où ni comment. Deux des quatre lignes qui assemblent des Jeep aujourd’hui dans cette région fonctionnent déjà au-delà de leurs capacités (celles qui produisent le Grand Cherokee et le Wrangler), mais Sergio Marchionne, président de Fiat Chrysler, a indiqué qu’il n’y aurait pas besoin « d’usines supplémentaires ».

Le plan de croissance annoncé pour Jeep a été accueilli avec scepticisme par certains journalistes.

Frédérique Payneau