La marque Datsun, nouvelle pépite de Nissan ?

"Datsun is back !", a lancé Carlos Ghosn, président de Renault-Nissan, lors de la présentation à New Delhi de la Go, le modèle qui officialise le retour d'une marque disparue en 1981. La marque Datsun est en effet un ancien label, utilisé par Nissan pour tous ses véhicules exportés. On avait eu ainsi en Europe les Datsun Chery, Bluebird et même la super-sportive 240Z. "Datsun fait partie de notre histoire. Le nom est synonyme de fiabilité et robustesse", souligne Carlos Ghosn, ajoutant que Nissan avait retenu ces concepts, tout en "modernisant complètement le produit". La première Datsun du XXIème siècle, comme la décrit le constructeur, n'a pas grand-chose à voir avec ses aïeules et s'affiche dans la veine low cost. Cette petite citadine, qui doit beaucoup à la Micra, sera vendue un peu plus de 5 000 euros sur les marchés émergents, probablement moins par la suite. Le premier pays servi sera l'Inde, dès 2014, avant la Russie, l'Afrique du Sud ou encore l'Indonésie.

La Datsun Go, petit modèle bicorps équipé d’un moteur de 1,2 l à essence, sera suivie courant 2014 d'un deuxième modèle, plus grand et disponible en variante à sept places. Les trois nouveautés seront présentées au Salon de l’automobile de New Delhi "Auto Expo 2014", qui ouvrira ses portes au public le 7 février prochain. En Inde, Nissan compte vendre entre 150 000 et 200 000 Datsun par an.

M. Ghosn compte lancer au total six modèles Datsun bon marché à partir de 2014. Le constructeur espère que, sur l’année fiscale démarrant en avril 2016, les ventes de modèles Datsun représenteront entre un tiers et la moitié des ventes totales de Nissan dans les pays où la nouvelle marque sera présente, ce qui représenterait quelque 400 000 unités.

Après Nissan et Infiniti, Datsun devient donc la troisième marque du groupe japonais. Une variation sur le thème Dacia afin de tirer le meilleur profit de la croissance annoncée des marchés émergents. Le constructeur affirme même qu'ils représenteront 60 % des ventes mondiales d'ici à quelques années, notamment en raison du taux d'équipement. Si ce ratio est de 500 pour 1 000 aux Etats-Unis, il n'atteint que 280 en Russie, 160 en Afrique du Sud, 70 en Indonésie et seulement 15 en Inde.

Afin de compresser les coûts des modèles Datsun, Nissan utilisera pour leur fabrication des pièces et équipements fournis pas les entreprises locales ; très peu de pièces seront importées sur le lieu de production. M. Ghosn estime que les consommateurs des pays émergents veulent une voiture "qui les mette à l’aise et rentre dans leur budget". En Russie, Nissan pourrait baser ses Datsun sur les Lada Kalina. "La carrosserie et l'intérieur seraient complètement différents et on reconnaîtrait très difficilement une Lada", assurait il y a quelques mois Nissan. Les Datsun russes seraient produites à Togliatti, à mille kilomètres au sud-est de Moscou, sur le site géant d'Avtovaz. La Lada Kalina est aujourd'hui un petit modèle rustre d'entrée de gamme, vendu autour de 4 500 euros en Russie dans sa version de base. Il est importé en France à partir de 7 950 euros.

Datsun devrait être une marque "accélératrice de croissance pour Nissan", qui veut porter sa part du marché mondial à 8 % d’ici à 2016, contre un peu plus de 6 % actuellement.
A l'image de Dacia avec Renault, "Datsun va donner à Nissan une présence significative sur les marchés à forte croissance", a indiqué M. Ghosn.

Juliette Rodrigues