La marge opérationnelle du groupe Renault a progressé de 0,8 point au premier semestre

Au premier semestre de 2014, le chiffre d’affaires du groupe Renault s’est établi à 19,82 milliards d’euros, en baisse de 3 %. La contribution de l’activité automobile a atteint 18,74 milliards d’euros, en baisse de 3,3 %, en raison principalement d’un effet de change négatif. L’effet volume a également été négatif, en dépit de la hausse des immatriculations, à cause de la baisse des stocks chez les concessionnaires indépendants. Le chiffre d’affaires a toutefois bénéficié de la forte progression des ventes aux partenaires, ainsi que d’un effet prix positif lié aux hausses appliquées dans les marchés émergents afin d’atténuer l’impact des devises. La marge opérationnelle du groupe s’est élevée à 729 millions d’euros (+ 25 %), représentant 3,7 % du chiffre d’affaires (en hausse de 0,8 point). La marge opérationnelle de l’automobile a été positive de 348 millions d’euros (1,9 % du chiffre d’affaires), en hausse de 137 millions d’euros par rapport au premier semestre de 2013. Cette amélioration, obtenue en dépit des effets négatifs du change et du mix/prix/enrichissement des véhicules, résulte de la hausse des volumes en Europe et d’un strict contrôle des coûts. La contribution du Financement des ventes à la marge opérationnelle du groupe a atteint 381 millions d’euros (+ 2,4 %). Cette légère hausse provient d’une croissance de l’encours moyen et d’une plus forte contribution des services. Le coût du risque (y compris risque pays) est resté maitrisé à 0,47 % de l’encours productif moyen (0,40 % au premier semestre de 2013). Les autres produits et charges d’exploitation ont été négatifs de 265 millions d’euros en raison principalement de la poursuite de la prise en charge de l’accord de compétitivité en France et de dépréciations d’actifs.

Le résultat d’exploitation s’est ainsi établi à 464 millions d’euros, contre - 249 millions d’euros au premier semestre de 2013. La contribution des entreprises associées, essentiellement Nissan, s’est élevée, au premier semestre, à 725 millions d’euros (- 3,2 %). Le résultat net s’est établi à 801 millions d’euros et le résultat net part du groupe à 749 millions d’euros (2,75 euros par action, contre à 0,14 euro par action au premier semestre de 2013). Le free cash flow opérationnel de l’Automobile a été négatif de 360 millions d’euros, après prise en compte de l’impact négatif de la variation du besoin en fonds de roulement pour 861 millions d’euros. Au 30 juin 2014, les stocks totaux (y compris ceux du réseau indépendant) représentaient 62 jours de vente, contre 67 jours à fin juin 2013. Enfin, la position nette de liquidité de l’activité automobile est restée positive à hauteur de 791 millions d’euros au 30 juin 2014, en diminution de 970 millions par rapport au 31 décembre 2013.

« Grâce au succès de ses nouveaux modèles, les immatriculations et les profits de Renault ont connu une évolution positive au premier semestre. Ces résultats sont en ligne avec les objectifs de l’année », a déclaré le président de Renault Carlos Ghosn. Les immatriculations du groupe ont en effet progressé de 4,7 % sur les six premiers mois de l’année, à 1 365 988 unités, sur un marché automobile mondial en hausse de 4,1 %. La performance du groupe en Europe, portée par le succès des nouveaux modèles, lui a permis d’augmenter sa part de marché de 1 point, compensant le fort ralentissement de ses principaux marchés émergents.

Le premier semestre a connu une évolution contrastée des principaux marchés du groupe. Alors que le ralentissement s’est confirmé sur ses marchés émergents, la reprise en Europe s’est avérée plus forte qu’attendu. Dans cet environnement toujours incertain, Renault anticipe la poursuite de la baisse du marché dans ses pays émergents, tandis qu’il révise à la hausse son estimation de marché 2014 pour l’Europe à + 3 %/+ 4 %, contre + 2 %/+ 3 % précédemment.

Dans ce contexte, le constructeur confirme ses perspectives, qui consistent à augmenter les immatriculations et le chiffre d’affaires du groupe (à taux de change constants), à améliorer la marge opérationnelle en valeur du groupe et de l’activité automobile, et à générer un free cash-flow opérationnel de l’automobile positif. (COMMUNIQUE DE PRESSE RENAULT, AFP 29/7/14)

Alexandra Frutos