La cybersécurité, élément clé de la voiture autonome (2/2)

Les voitures autonomes incarnent la promesse de mettre fin aux accidents de la route mais, si elles ont le potentiel de parfaire la sécurité routière, elles représentent un risque en matière de sécurité informatique. La problématique de cybersécurité des véhicules autonomes devrait rapidement devenir l’une des priorités de l’industrie automobile. La chaîne de données devra être sécurisée à tous les niveaux, dès la conception même des systèmes, et les inévitables vulnérabilités devront être comblées les unes après les autres au fil du temps. Constructeurs, équipementiers et assureurs estiment en effet que les mesures de protection adéquates émergeront au cours des prochaines années. Ils sont convaincus que « le secteur saura trouver la parade pour garantir la sécurité des automobilistes ».M. Palacin (de l'équipementier Ficosa) explique quant à lui que « le risque zéro n’existe pas, et que, à un autre niveau, les téléphones portables et les ordinateurs sont déjà potentiellement violables. Cela n’a pas empêché leur développement fulgurant. Il convient de prendre les bonnes mesures et de multiplier les systèmes de protection. Connecté n’est pas synonyme de vulnérable ». « Comme toute nouvelle technologie, la voiture autonome a ses détracteurs. La réticence de certains ne fera que retarder le processus, et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Cela permet de mettre en évidence les aspects problématiques et de trouver des solutions. Cela permet également à la législation de mieux s’adapter », observe M. Josep Celaya, de l'assureur MAPFRE.

Juliette Rodrigues