La crise plombe l'activité des sous-traitants

L'activité des sous-traitants pour l'industrie a nettement baissé en France l'année dernière, selon des chiffres provisoires publiés par la profession le 23 mai, une tendance qui devrait se poursuivre en 2013 avec un impact « important » attendu sur l'emploi. « La baisse d'activité apparaît nettement. Après un premier semestre encore assez porteur, la fin d'année a été marquée par un ralentissement brutal : une rentrée particulièrement molle en septembre, un léger rebond en octobre, puis un fort coup de frein en novembre et surtout en décembre », résume un rapport du Midest, le Salon de la sous-traitance industrielle qui se tiendra du 19 au 22 novembre à Villepinte (Seine-Saint-Denis).

D’après des données qui prennent en compte les PME/PMI employant au moins 20 personnes, la production des sous-traitants a baissé de 5,61 % en 2012. Ce recul a été beaucoup plus violent dans des métiers tels que le découpage-emboutissage, le repoussage et la tôlerie (- 12,75 %), la chaudronnerie, la tuyauterie, les constructions métalliques (- 12,62 %), les traitements et revêtements des métaux (-10,57 %), la fonderie (- 9,88 %) ou encore les pièces techniques en matières plastiques (- 7,71 %).

A l'inverse, certaines branches d'activités ont résisté à la crise, à l'instar du façonnage en textile-habillement (+ 3,42 %) et des organes et sous-ensembles mécaniques (+ 1,72 %).

Si les volumes ont diminué, le chiffre d'affaires est, lui, resté stable (+ 0,1 %), à 59,9 milliards d'euros, grâce en partie aux décalages des paiements qui ont crû du fait de la crise, soit de deux à trois mois.

Alors qu'ils avaient trouvé des débouchés à l'international en 2010 et en 2011, les PME/PMI de l'industrie ont eu cette fois-ci plus de difficultés à s'exporter. Leurs exportations ont globalement stagné, tant en volume qu'en valeur. La légère progression des ventes dans les pays émergents a juste permis de compenser un recul sur les marchés européens, indique le Midest.

Par secteurs, l'automobile, qui recourait le plus aux sous-traitants, a vu sa part diminuer à 31,3 % en 2012, contre 33,1 % l’année précédente. (AFP 23/5/13)

Alexandra Frutos