La baisse de la demande de cabriolets touche durement les fournisseurs 2/2

Cette baisse de la demande a des conséquences sur les fournisseurs, à commencer par Valmet (qui a repris Karmann en 2010). Le groupe prévoit ainsi de fermer son activité de toits pour cabriolets d’ici à 2017.Même Webasto (qui détient 49 % pour marché des toits pour cabriolets, contre 34 % pour Magna et 15 % pour Valmet/Karmann) a dû fermer certains de ses sites de production.Holger Engelmann, président de Webasto, a déclaré que le marché des toits pour cabriolets n’étaient aujourd’hui plus assez important pour garantir l’activité de trois grands groupes (à savoir Webasto, Magna et Valmet/Karmann). En outre, la diversité de l’offre de véhicules de loisir et le nombre croissant de modèles dotés de toits panoramiques laissent supposer que le marché des cabriolets ne devrait pas redémarrer.Cette absence d’opportunités à long terme laisse entrevoir la possibilité d’une consolidation, vers un marché réparti entre seulement deux des trois grands carrossiers aujourd’hui actifs dans les toits pour cabriolets.Toutefois, le marché des toits pour cabriolets, qui représente actuellement un chiffre d’affaires compris entre 500 et 600 millions d’euros par an (contre plus d’un milliard d’euros par an il y a 5 ans) pourrait se stabiliser à 700 millions d’euros par an à moyen terme, grâce notamment à une hausse potentielle hausse de la demande en Chine. Néanmoins, une évolution de la demande en cabriolets sur le marché chinois n’est pas attendue avant 3 à 5 ans.

Cindy Lavrut