La Thaïlande amorce une nouvelle étape de son ?Master Plan" pour l’industrie automobile (1/2)

Depuis quelques années, le marché thaïlandais progresse de façon constante, non seulement parmi les pays de l’ANSEA (Association des Nations du Sud-Est Asiatique), mais aussi sur l’échiquier mondial. L’année 2012 a prouvé la montée en puissance de la Thaïlande, avec son entrée dans le Top 10 des pays producteurs d’automobiles mondiaux. Avec 2,48 millions de véhicules fabriqués l'an passé (957 623 voitures et 1,49 million de pick-ups), en hausse de 68 %, la Thaïlande s'est classée à la 9ème place, représentant désormais 59 % de la production totale de l’ANSEA. En termes de marché, le pays devient également très attractif, puisque les volumes de ventes n'ont cessé de croître ces dernières années, atteignant 1,43 million d’unités en 2012 (+ 81 %).

Depuis 2004, les autorités thaïlandaises donnent un cap à leur industrie automobile. L’excellence en R&D, l’amélioration du tissu entrepreneurial ou la construction d’infrastructures écologiques sont parmi les grandes lignes de la phase 2012-2016, qui devra voir la Thaïlande compter parmi les plus grands de l’automobile mondiale. Pour cela, la Thaïlande n’hésite pas à mettre en avant le déplacement vers l'Est de l’épicentre économique mondial. ?L’Asie joue un rôle de plus en plus important en tant que marché tout autant que base de production mondiale, changeant ainsi le jeu de la concurrence?, indique le Thailand Automotive Institute (TAI)
dans son ?Master plan for automotive industry 2012-2016?. L’institut relève ensuite quatre facteurs clés à même d’assurer le développement pérenne de l'industrie automobile thaïlandaise : une politique gouvernementale qui promeut l’expansion du marché national ; des développements pour satisfaire les évolutions technologiques, notamment dans le domaine du développement durable ; augmenter la création de valeur nationale à travers l’amélioration de la productivité des fournisseurs ; et, enfin, le développement quantitatif et qualitatif des ressources humaines.?

David Ward, directeur général de la Fondation FIA pour l’Automobile et la Société, estimait récemment que la part des classes moyennes dans la région Asie-Pacifique passerait de 28 % en 2009 à 54 % en 2020 et à 66 % en 2030, représentant plus de 3 milliards de personnes. Ces masses captives offrent un potentiel de consommation très important, d’autant plus que le ratio de propriété d’un véhicule est encore très faible dans la région. Selon l’Association des constructeurs automobiles japonais (JAMA), en 2012, avec 6,5 personnes par véhicule, la Thaïlande demeure très loin des Etats-Unis, lesquels affichent 1,3 personne par véhicule. En élargissant à la région, suivent l’Indonésie (12,7), la Chine (17,1) et l’Inde (58,9).

Juliette Rodrigues