La Russie pourrait devenir le premier marché européen d'ici à 2020

Le marché automobile russe a un bel avenir devant lui, indique une étude Boston Consulting (BCG), qui estime que le secteur pourrait suivre les schémas brésilien et coréen, et devenir le cinquième marché mondial d'ici à 2020.

Le cabinet BCG prévoit que les ventes en Russie connaîtront une croissance annuelle moyenne de 6 % jusqu'en 2020, pour atteindre 4,4 millions d'unités. Le marché russe dépasserait ainsi le marché allemand et deviendrait le premier marché en Europe.

"Depuis qu'il s'est ouvert à la concurrence au début des années 2000, le marché automobile russe connait une croissance importante, mais fluctuante et cadrée par des mesures protectionnistes", explique un analyste de BCG. "Mais sur ce marché, les constructeurs internationaux, qui produisent localement, n'ont pas encore atteint la taille critique, le créidt est encore en développement, le prix de l'énergie élevé et les infrastructures peu adaptées", ajoute-t-il. Selon BCG, c'est surtout le développement du crédit qui donnera un nouvel élan à la demande, en démocratisant la voiture auprès des classes moyennes.

Renault-Nissan, qui détient déjà 7,8 % du marché russe, pourrait être l'un des grands gagnants de la croissance de ce marché, grâce à son offre variée, qui répond à la demande russe, des produits compétitifs et un réseau de distribution très dense. (ECHOS 17/7/13)

Juliette Rodrigues