La France est quatrième dans le palmarès européen des voitures neuves les moins émettrices de CO2

D’après un rapport publié le 24 avril par l’Ademe (Agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie), la France occupe le quatrième rang dans le palmarès européen des voitures neuves les moins émettrices de CO2. Elle continue d'améliorer ses performances en la matière, notamment grâce aux véhicules diesel, qui émettent près de 20 % de CO2 de moins que les voitures à essence et qui représentaient 72,9 % des ventes dans le pays en 2012 (contre 72,4 % en 2011).

Les voitures neuves vendues en France l’an dernier émettaient en moyenne 124 g de CO2 par km, contre 122 g/km pour les Pays-Bas, 119 g/km pour le Portugal et 117 g/km pour le Danemark. « Le Danemark, qui était en queue de peloton il y a quelques années, a fait des progrès considérables car il a mis en place une politique dissuasive sur les gros véhicules et arrive ainsi dans le trio de tête », a expliqué à l'AFP (24/4/13) Patrick Corroler, chef du département transports de l'Ademe.

L’Ademe souligne que les ventes, dans l’Hexagone, de voitures de classe A (dont les émissions sont inférieures ou égales à 100 g/km), sont passées de 5 % en 2011 à 14 % en 2012. « Cette importante progression s'explique par l'offre croissante de modèles performants appartenant à la classe A », avec 74 modèles en 2012, contre 51 en 2011. A cet égard, la voiture la plus respectueuse de l’environnement dans la catégorie diesel est la Renault Clio (berline et break), avec 83 g de CO2/km ; elle détrône la Smart ForTwo, qui affichait 86 g/km l'an dernier. Dans la catégorie des modèles à essence, les véhicules hybrides restent les plus « performants », Toyota arrivant en tête avec la Yaris (79 g/km). Hors hybride, la première voiture est la Fiat 500, qui émet 90 g de CO2/km.

« Le pourcentage de vente diesel en France favorise de meilleures performances CO2 », explique M. Corroler, tout en soulignant que l'impact sur la qualité de l'air des nouveaux véhicules est limité. « Le problème des particules est réglé grâce au filtre, et les oxydes d'azote seront réglés grâce à la norme Euro-6 dans trois à quatre ans », détaille-t-il.

Alexandra Frutos