La FIA et EDF ont signé un partenariat dans les véhicules électriques

La FIA (Fédération internationale de l'automobile) et EDF ont signé un partenariat technique portant sur le développement des voitures électriques dans le sport automobile. EDF réalisera pour la FIA les tests d'audit et de recherche sur la propulsion (batteries), la charge et la sécurité électrique dans le sport automobile, et notamment autour du championnat de Formule Electrique, organisé pour la première fois en 2014. « 2014 est une année de grandes révolutions technologiques pour les championnats de la FIA avec des moteurs hybrides puissants en F1 et en WEC, et l'introduction du nouveau championnat de Formule E. Dans ce contexte de développement de nouvelles technologies, le haut niveau d'expertise technique d'EDF est fondamental », a déclaré Bernard Niclot, directeur technique de la FIA.

Concrètement, EDF réalisera des tests de batteries en laboratoire, comme il le fait déjà avec certains constructeurs d’automobiles, participera à l'élaboration de normes de sécurité et d'homologation des voitures et sera présent régulièrement sur les circuits au côté de la FIA. L'objectif est d'accompagner l'amélioration des performances des véhicules dans un contexte de sollicitation très intense des batteries durant les courses. « Pour EDF, évaluer ces questions est un enjeu absolument majeur et une expérience utile pour sa transposition sur les véhicules de monsieur tout-le-monde », a de son côté expliqué Bernard Salha, directeur de la recherche et du développement chez EDF. « L'électricité sera l'énergie de la ville de demain, si on peut le démontrer avec des courses automobiles au c’ur des villes ce sera important », a-t-il ajouté, espérant que le sport automobile puisse « être un moyen d'acceptation et de développement de la mobilité électrique ».

Les courses du championnat de Formule E, qui débute en septembre à Pékin, sont prévues pour se dérouler en ville hors circuit. Au total 10 courses sont programmées. Il y aura 10 équipes, avec deux conducteurs chacune, qui rouleront sur le même modèle de voiture, la Spark-Renault SRT-01E, équipée de batteries de 200 kg et capable d'atteindre une vitesse de 225 km/heure. Par ailleurs, les dix premiers châssis de la Spark-Renault ont été livrés le 15 mai sur le circuit de Donington Park en Grande-Bretagne, a indiqué le directeur technique de la FIA. (AFP 15/5/14)

Alexandra Frutos