La DGCCRF va enquêter sur le covoiturage à but lucratif

La DGCCRF va enquêter sur le covoiturage « réalisé dans un but lucratif » par des particuliers, qui est illégal, a fait savoir Bercy le 7 février, après l'annonce du lancement par la société américaine Uber d'un nouveau service à Paris utilisant des véhicules de particuliers. Le service de répression des fraudes a indiqué qu’il allait « engager des investigations afin de vérifier la conformité des sites de covoiturage à la réglementation ». Si le covoiturage visant à partager les frais est légal et « éco-citoyen », « le transport de passagers, sous couvert de covoiturage, réalisé dans un but lucratif est illégal », car il constitue « une activité de transport public non autorisée », souligne le ministère de l'Economie dans un communiqué. (AFP 7/2/14)

Alexandra Frutos