La Csiam contre un durcissement de la fiscalité automobile

Les représentants des constructeurs automobiles étrangers en France ont plaidé le 2 octobre pour une fiscalité qui ne « détruit [pas] de la valeur », au moment où le gouvernement envisage de durcir le système du bonus-malus. « Il faut réorienter la fiscalité sur l'automobile en France », a déclaré Thierry Archambault, président délégué de la Csiam (Chambre syndicale internationale de l'automobile et du motocycle) lors d'une rencontre avec la presse.

« Nous avons aujourd'hui un marché qui est au même niveau que celui de 1980 », s'est de son côté alarmé Jean-Luc Gérard, président de la branche voiture particulière de la Csiam et président de Ford France. Sans le recours aux immatriculations de véhicules de démonstration, que l'on retrouve ensuite moins chers en concession, la situation pourrait être encore pire, a-t-il estimé. « On atteint des niveaux jamais connus en France », avec environ 18 % des voitures écoulées de cette façon, contre 10 % à 12 % traditionnellement, a-t-il ajouté. (AFP 2/10/13)

Alexandra Frutos