La Commission européenne demande à Volkswagen d'accélérer ses investigations

Bruxelles a demandé le 4 novembre à Volkswagen d'accélérer son enquête interne après de nouvelles révélations sur des émissions de CO2 supérieures à celles annoncées. « La Commission invite Volkswagen à accélérer son enquête interne. On doit clarifier sans délai quels types d'irrégularités au CO2 ont été découverts, la cause, les véhicules concernés, où ils ont été enregistrés, quelles mesures le groupe va prendre pour remédier à la situation », a déclaré Lucia Caudet, une porte-parole de la Commission, lors d'un point presse à Bruxelles.

Mme Caudet a précisé que, pour l'instant, rien n'avait été notifié à la Commission, mais qu'elle était en contact avec les autorités fédérales allemandes des transports. L'exécutif européen entend porter la question à l'ordre du jour d'une réunion avec l'ensemble des autorités nationales d'homologation, qui se tiendra le 5 novembre.

Volkswagen a fait état d'irrégularités sur les émissions de dioxyde de carbone de 800 000 voitures dans le monde, de marque VW, Skoda, Audi et Seat, équipées de moteurs diesel et d’un modèle essence. Les émissions sont plus élevées que promises par Volkswagen, une situation découverte à la faveur de l'enquête interne menée depuis la révélation du scandale des moteurs truqués.

La Commission a également invité les autorités qui ont accordé des certificats d'homologation à des véhicules du groupe Volkswagen à « entreprendre les investigations nécessaires ».

Interrogée sur l'impact que pourrait avoir cette nouvelle information sur les objectifs de réduction des émissions de dioxyde de carbone au niveau de l'UE, la Commission a réitéré son engagement. « Nous sommes sur les rails, et même en avance, pour atteindre nos objectifs pour 2020 », a rappelé la porte-parole. (AFP 4/11/15)

Alexandra Frutos