La Chine veut accroître la part des marques locales sur le segment des voitures de fonction

Le gouvernement chinois veut réduire la part des constructeurs étrangers dans les flottes des voitures de fonctions (en particulier parmi les voitures des représentants officiels du gouvernement). En effet, le marché des voitures de fonction est largement dominé par les marques étrangères, en premier lieu Audi. En 2010, près de 90 % des voitures achetées pour les flottes gouvernementales étaient issues de groupes étrangers. Cette part a été réduite à environ 80 % en 2011.Parmi les constructeurs locaux, seul FAW Hongqi dispose d’un certain succès sur le marché des voitures de fonction.Afin de rééquilibrer la part des voitures étrangères et des modèles locaux, le gouvernement a décidé l’an dernier de réduire le budget maximum accordé pour l’acquisition d’une voiture de fonction. Celui-ci passera donc de 180 000 yuans (montant alloué en 2011) à 160 000 yuans.Cette mesure devrait bénéficier aux marques chinoises, dont les modèles sont plus abordables. En outre, le gouvernement chinois central a demandé aux agences gouvernementales et aux gouvernements locaux d’élargir leurs flottes de véhicules électriques et hybrides rechargeables.Ces véhicules verts devront représenter au moins 30 % des achats annuels de véhicules réalisés par ces agences et gouvernements d’ici à 2016. Dès cette année, 50 000 véhicules à énergies alternatives devraient être vendus en Chine, dont au moins 60 % seront achetés par des agences gouvernementales et des gouvernements locaux.Cette mesure devrait elle aussi bénéficier aux constructeurs locaux. En effet, plusieurs groupes produisent déjà des véhicules verts (notamment BAIC, BYD, SAIC, FAW et GAC). La vente de véhicules électriques et hybrides rechargeables à des flottes officielles permettra à ces constructeurs d’améliorer leur image de marque et de développer de nouvelles technologies qui pourront être utilisées pour améliorer la qualité de leurs véhicules traditionnels.

Cindy Lavrut