La Chine n'est pas un marché facile pour Tesla (2/2)

Tesla a peut-être aussi surestimé le potentiel du marché chinois, alors que la demande de véhicules électriques est encore très faible. Au premier trimestre, les ventes de véhicules électriques et d’hybrides rechargeables ont plus que triplé, mais elles n’ont atteint que 26 581 unités, représentant moins de 1 % des ventes totales, selon l’association chinoise des constructeurs d’automobiles (CAAM).Des clients de Tesla en Chine ont déploré des délais de livraison trop longs, un service après-vente moyen et une infrastructure de recharge inadéquate. Au début de l’année, M. Musk avait imputé la baisse des ventes de la marque sur le marché chinois aux informations erronées sur les possibilités de recharge communiquées aux acheteurs potentiels par les vendeurs.Comme de nombreuses entreprises occidentales, Tesla n’a pas non plus bien cerné les attentes de la clientèle chinoise. De nombreux Chinois aisés ont par exemple des chauffeurs et ils veulent disposer de sièges très confortables à l’arrière, ce qui n’est pas le cas de la Model S de base.Tesla a pris une série d’initiatives pour dynamiser ses ventes en Chine : Il améliore la formation de ses vendeurs, étoffe son réseau de recharge pour rassurer les acheteurs qui craignent de ne pas pouvoir recharger leur véhicule, offre à ses clients une borne de recharge et l’accès gratuit à son réseau de bornes de recharge rapides, et enfin ajoute des équipements luxueux qui répondent aux goûts de la clientèle locale à la Model S. M. Musk a par ailleurs annoncé que Tesla comptait produire ses voitures en Chine d’ici à trois ans. Le constructeur ne communique pas de chiffres de ventes pour le marché chinois, mais ses efforts semblent porter leurs fruits. Selon JL Warren Capital, 326 Model S auraient été immatriculées en mars, contre 260 en février et Tesla aurait en outre importé 208 voitures en mars, contre 63 en février et 10 en janvier. 5 042 Model S ont été importées en Chine depuis mars 2014, a en outre indiqué le cabinet de recherche.

Frédérique Payneau