L'industrie automobile espagnole compte maintenir ses bons résultats en 2017 et 2018

L'année 2016 a été pour l'industrie automobile espagnole un bon millésime : chiffre d'affaires des constructeurs et distributeurs de véhicules en hausse de 1,7 %, à 61,9 milliards d'euros (en incluant les équipementiers, le chiffre passe à 95,9 milliards), hausse des exportations de véhicules (+ 7 %, à 2,4 millions d'unités) et création de 6 300 emplois.

L'ANFAC (Association des constructeurs) prévoit pour l'ensemble de 2017 et pour 2018 une situation "plutôt satisfaisante", avec une croissance de tous les index (production, ventes, exportations, et emploi notamment). Pour 2017, les prévisions de l'ANFAC portent sur une hausse de 7,8 % du marché total, à 1 452 000 unités (+ 6,8 % pour les voitures et tout terrain, à 1 225 000 unités ; + 15 % pour les V.U.L, à 198 000 unités ; et + 2,4 % pour les véhicules industriels et autobus, à 29 000 unités). La production devrait quant à elle s'établir entre 2,9 et 3 millions d'unités. En 2018, le marché devrait progresser de 4,6 %, à 1 519 000 unités (+ 4,5 % pour les VP et tout terrain, à 1 280 000 unités ; + 5,1 % pour les V.U.L, à 208 000 unités ; et + 6,9 % pour les véhicules industriels et autobus, à 31 000 unités).

En dépit de ces prévisions encourageantes, l'ANFAC pointe plusieurs défis que devra relever l'industrie automobile espagnole au cours des prochaines années. Elle évoque notamment le vieillissement du parc de voitures, dont l'âge moyen s'établit actuellement à 12 ans. De plus, 55 % du parc (soit environ 7 millions de voitures) a plus de dix ans. L'ANFAC estime que, pour accélérer la diminution de l'âge moyen du parc, il faut "maintenir le marché au dessus de 1,3 ou 1,4 million de voitures par an". Par ailleurs,"les véhicules à énergies alternatives doivent être soutenus et l'arrivée des voitures autonomes efficacement préparée", ajoute l'Association.

Juliette Rodrigues