L'industrie automobile appelle à la fin de la grève des conducteurs de train

Alors que les conducteurs de train ont entamé mercredi une grève histoire de 5 jours (la plus longue depuis 20 ans en Allemagne et la sixième organisée par le syndicat des conducteurs de train GDL depuis septembre), l'industrie automobile appelle à une résolution du conflit. En effet, bon nombre de pièces et composants automobiles sont transportés par le fret ferroviaire et, du fait des volumes à transporter, il n'y a que peu d'alternative au rail. La grève représente donc un important risque pesant sur les processus de production, particulièrement ceux en flux tendu. De ce fait, le président du comité d'entreprise de Porsche, Uwe Hück, a appelé à la démission immédiate de Claus Weselsky, président du GDL, afin de ne pas risquer des dommages collatéraux au sein de l'industrie automobile allemande. De son côté, Audi a mis en place un report de ses livraisons les plus importantes du rail vers la route. Ainsi, ses voitures et composants seront livrés par poids lourds plutôt qu'en train. Chaque jour ouvrable, Audi affrète l'équivalent de 15 trains.Volkswagen a pour l'instant seulement indiqué qu'il observait l'évolution de ces mouvements sociaux et a souligné que les grèves n'avaient pour l'instant pas d'incidence sur son rythme de production. (AFP 5/11/14, AUTOMOBILWOCHE 5 et 6/11/14)

Cindy Lavrut