L’équipementier japonais Takata cherche encore...

L’équipementier japonais Takata cherche encore à déterminer la "cause fondamentale" des ruptures de ses airbags à l’origine de plusieurs décès et de dizaines de millions de véhicules rappelés dans le monde, a déclaré le vice-président du groupe pour l’Amérique du Nord, Kevin Kennedy. M. Kennedy a promis des aménagements dans la conception des airbags, mais il a admis que son groupe utilisait encore du nitrate d’ammonium comme agent gonfleur. Sous la pression des sénateurs,il a toutefois ajouté que le groupe cherchait à se détourner de ce composant chimique "aussi vite que possible". (AFP)

Juliette Rodrigues